Accueil Chroniques Ces noms, ces mots qui ont fait mon année 2022
Chroniques

Ces noms, ces mots qui ont fait mon année 2022

Graines de champions, j’en ai découvert des centaines tout au long de l’année, ils brilleront si nous savons les aider.

André Azoulay et son épouse Katia, amis lumineux qui éclairent le chemin ardu du vivre-ensemble.
Bravoure, c’est lorsque la pente est rude, qu’avancent les braves… j’essaie autant que possible de mettre en pratique cette devise.
Charisme, notre sélection nationale nous a donné l’exemple : certains pour briller eux-mêmes pensent qu’ils doivent s’entourer de médiocres, or c’est exactement l’inverse : il faut s’entourer des meilleurs pour réussir.
Diversité, encore et toujours.
Émergents, les sports de rue ou sports émergents explosent dans notre pays : streetworkout, skate, parkour, acrobaties, danse urbaine, basket de rue… Ils comptent des millions d’adeptes mais hélas ne sont toujours pas reconnus à leur juste place.
Fraternité, mot beaucoup utilisé mais mot peu pratiqué.
Graines de champions, j’en ai découvert des centaines tout au long de l’année, ils brilleront si nous savons les aider : Ayman, Anas, Anouar, Hamza, Islam, Houda, Karim, Oussama, Mohamed, Jalal, Ayoub…
Hogra – mépris – dont sont victimes tant de nos jeunes et qui les blesse et les révolte plus que tout.
Incompétence, parmi les maux les plus destructeurs de notre société.
Julian Bel-Bachir, jeune musicien maroco-australien que j’ai découvert au cours du festival Jazz sous l’Arganier magnifique !
Karim Kassi Lahlou, le wali du terrain, du dialogue, de la main tendue à la jeunesse, unanimement salué par la jeunesse (entre autres) de la wilaya de Marrakech.
Lutte… contre le racisme, l’exclusion, le mépris…
Maman
Niya, un mot qui ne date pas d’aujourd’hui mais qui a émergé soudainement et dont nous devons collectivement faire notre devise.
Otmane, jeune président de l’association Moga’Jeunes, qui malgré les obstacles, est devenu une figure de proue de la jeunesse engagée. Police, toute notre reconnaissance pour sa présence, son savoir-faire, son courage…reconnaissance à étendre à toutes les forces de l’ordre.
Quorum, intitulé d’une grande initiative à venir. Stay tuned.
Rita Zniber, une grande dame de l’engagement social et humain. Généreuse, porteuse de valeurs et d’espoir.
Salam Lekoulam, jeune association du vivre-ensemble, de la diversité, du Tamaghrabite.
Territoire, Sahara dyalna ! Malgré l’acharnement suicidaire (pour elle) de l’Algérie, nous enregistrons de grandes avancées quant à la reconnaissance de nos provinces du Sud, Hamdoulillah.
Unité : MarocainsPluriels, MarocainsUnis.
Vœux, que 2023 vous soit douce et fructueuse.
Walid Regragui, la découverte de 2022. Par son charisme, ses valeurs, son talent…
Xénophobie, hélas encore et toujours d’actualité, a trouvé son porte-voix dans les chaînes d’infos françaises qui distillent leur venin 24h/24, en toute impunité.
Yannick Assor Soussana, Aalya Ghouli, Katia Bitton, Anne-Marie Garzon, un quatuor de femmes des 3 confessions totalement impliquées dans, par, pour le développement de notre société.
Zemmour à tout jamais synonyme de personnage malfaisant, ayant enfanté des CNews, des Pascal Praud, des Jean-Claude Dassier et toute une clique de porteurs de haine dont hélas les mots arment les bras.

par Ahmed ghayet

Acteur associatif et culturel

Articles similaires

L’espace de jeu du terrorisme en Afrique

La propagation du terrorisme en Afrique est particulièrement préoccupante en raison de...

Délire de faciès sur les ondes !

Les responsables de BFM TV affirment que depuis des mois le journaliste...

Chronique du psy : De crise en crise…

Depuis 2008, la crise planétaire s’est installée dans la durée. La récession...

Infobip : La communication passe à l’omnicanal et aux solutions conversationnelles

Infobip, plateforme mondiale de communication cloud, a analysé plus de 6 milliards...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus