Chroniques

C’est l’heure de rire

 Je ne sais pas si c’est juste passager, mais de mon point de vue de myope doublé de presbyte et d’astigmate, la tendance est forte. Je ne m’en plains pas, bien au contraire.

Pour moi, un peuple qui rit, ce n’est pas forcément un peuple heureux, mais c’est sûrement un peuple qui nargue le désespoir, et son rire est tout simplement un bras d’honneur à la face du malheur.

Si je vous parle de tout ça, c’est parce qu’une sympathique coïncidence a fait croiser le changement d’heure à la baisse pour soi-disant baisser la durée des prochains jours de jeûne (qui vont durer quand même entre 13h et 18h, en fonction de l’heure à laquelle on arrête de se goinfrer) et le festival le plus rigolo de notre pays, le « Marrakech du Rire », MDR pour les initiés.

Il n’y a, à priori, aucun rapport entre eux sauf que, comme je le disais, ils sont arrivés en même temps, et surtout au lendemain d’une polémique pas marrante du tout. Et si on arrêtait de se prendre la tête pour n’importe quoi et qu’on décide de rigoler sur tout et surtout sur tous ceux qui nous prennent la tête !…

A demain

Articles similaires

Chroniques

La déception, l’ennemie jurée de l’espoir !

Une vie passée à craindre et épier une issue dont personne ne...

Chroniques

La double contrainte de la guerre de Gaza

Les différences de positions actuelles peuvent sembler importantes, mais la pression exercée...

Chroniques

Walid le charismatique, bien plus qu’un coach…

Un coach a une charge vitale bien évidemment et son champ d’action...

Chroniques

France/Maroc, le réchauffement en marche ?

Quand le président Macron demande à son ministre des affaires étrangères de...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux