Covid-19 : Il faut savoir raison garder

Covid-19 : Il faut savoir raison garder

On s’y attendait au vu des différentes expériences que nous avons vécues avec les confinements et les déconfinements, depuis le début de la pandémie en 2020.

À chaque fois, nous autres citoyens marocains, nous avons répété les mêmes erreurs, comme par fatalité. Tu chasses le naturel, il revient au galop. Il faut dire, qu’à plusieurs égards, c’était prévisible. Une fois, ce qu’on appelle «un retour à la normale » a pris corps, la majorité des Marocains a renoué avec ses mauvaises habitudes, à savoir : aucun respect pour les règles les plus élémentaires de la lutte contre la propagation du virus de Covid-19.

Avant d’écrire cette chronique, nous avons pris le temps de circuler dans la ville, de faire de la route, d’aller voir dans des cafés, dans des restaurants, dans des salles de sports, dans les halls de certains établissements hôteliers, les gens sont les uns collés aux autres, sans aucune mesure de précaution, comme si la Covid-19 n’a jamais été là faisant déjà 15.000 victimes au Maroc et un million de cas, ce qui est énorme. Comme si de rien n’était. Comme si le virus s’était volatilisé faisant un accord avec les gens : «passez de bonnes vacances, on fera les comptes en septembre», puis «profitez de l’hiver, on verra en mars, après le grand froid, la grippe saisonnière et autres dangers…». Une manière aberrante de gérer une pandémie qui fait encore et toujours des morts et qui prend une autre dimension dans plusieurs pays en Europe.

Dans les cafés, les restaurants, les mosquées, les hammams, les salles de sport, les marchés, les malls…, les gens prennent leurs aises comme si la pandémie était bel et bien derrière nous. Pourtant, c’est loin d’être le cas. Le nombre de cas est en hausse, pas seulement au Maroc, mais partout dans le monde, là où tous les pays ont ouvert leurs frontières faisant passer l’argent avant la santé des populations. Pire, il y a de très nombreux Marocains, qui ayant eu leurs deux doses de vaccin, se disent immunisés et à l’abri de tout danger. C’est absolument faux : le vaccin ne garantit pas du tout la vie si on fait fi des mesures sanitaires de rigueur : le port du masque, le lavage des mains et du visage, le respect d’une bonne distance avec le voisin en évitant les endroits bondés de monde et en se protégeant on protège les autres.

Des règles pourtant simples, mais qui ont très vite été balayées par la frénésie de retrouver un semblant de vie normale. Celle-ci n’étant possible que si chacun de nous y met du sien dans le strict respect de toutes les règles du jeu. Avec cet impératif : que les autorités sanitaires fassent leur boulot en communiquant sur les dangers toujours grandissants du coronavirus, qui s’est installé pour durer tuant au Maroc presque 15.000 personnes et presque 5 millions de victimes dans le monde. Ce qui est un chiffre effarant.

C’est dire que les mises en garde, que la bonne information nettoyée de toute intox et désinformation doivent accompagner les Marocains durant cette période charnière en leur rappelant à chaque fois que tout relâchement peut se payer cash. Car le virus ne connaît ni vacances ni répit. Le coronavirus décime. Il tue. Il fait des ravages. À nous de ne pas tomber dans la bêtise qui voudrait que le fatalisme l’emporte sur le bon sens.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *