Chroniques

De Casablanca à la «Terre promise» : L’exode des juifs marocains vers Israël

© D.R

Plus de 100.000 juifs marocains ont entrepris ce périple périlleux, laissant derrière eux leurs foyers et leurs biens, risquant l’arrestation et l’emprisonnement, tout cela pour avoir une chance de recommencer leur vie en Israël.

Dans l’obscurité de la nuit, de petits groupes se rassemblaient discrètement le long de la côte atlantique du Maroc, attendant avec anxiété d’embarquer sur des navires à destination de la France, de l’Italie et au-delà. Il s’agissait de juifs cherchant à fuir le Maroc et à immigrer dans le nouvel État d’Israël qui venait d’être créé. Leur départ était illégal selon la loi marocaine, ils voyageaient donc clandestinement, n’emportant que ce qu’ils pouvaient porter. À leur arrivée à destination, les réfugiés juifs poursuivaient leur voyage sinueux vers Israël, atteignant enfin la Terre promise juive dont ils avaient tant rêvé.

Cet exode souterrain des juifs marocains s’est étalé sur près de deux décennies, de la fondation d’Israël en 1948 jusqu’en 1964. Plus de 100.000 juifs marocains ont entrepris ce périple périlleux, laissant derrière eux leurs foyers et leurs biens, risquant l’arrestation et l’emprisonnement, tout cela pour avoir une chance de recommencer leur vie en Israël. Leur histoire est une histoire de courage, de détermination et de sacrifice.

Les juifs vivent au Maroc depuis plus de 2.000 ans, constituant la plus importante population non musulmane. Sous la dynastie alaouite, qui a régné sur le Maroc à partir du XVIIe siècle, les juifs bénéficiaient d’un statut protégé, bien qu’ils vécussent avec de nombreuses restrictions en tant que dhimmis (non-musulmans en terre d’Islam). La communauté juive était en grande partie traditionnelle et religieusement observante, structurée autour des rabbins, des académies talmudiques et des bains rituels.
À la fin du XIXe siècle, le Maroc est devenu un protectorat français, ce qui a amélioré les conditions de vie des juifs marocains. Ils ont obtenu la citoyenneté française et le droit d’émigrer, conduisant beaucoup d’entre eux à s’installer en France. Le militantisme sioniste a également commencé à s’enraciner, avec l’immigration d’un petit nombre de juifs vers la Palestine ottomane puis britannique. Cependant, la grande majorité est restée au Maroc, totalisant environ 250 000 personnes à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

Avec la mise en place du régime de Vichy en 1940, la situation s’est rapidement détériorée pour les juifs marocains. Les autorités de Vichy ont imposé des décrets antijuifs au Maroc, restreignant l’accès des juifs aux écoles et aux fonctions publiques. Les juifs ont également été arrêtés, victimes de violences et d’extorsions. Le Roi Mohammed V, bienveillant, a résisté aux appels pour imposer l’intégralité de la législation antisémite de Vichy au Maroc, mais il ne pouvait que faire peu de choses pour protéger ses sujets juifs sous l’œil vigilant des Français.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la communauté juive s’est de plus en plus tournée vers le mouvement sioniste, émue par les récits de l’Holocauste en Europe. Des militants sionistes ont organisé des clubs, des écoles et des formations agricoles pour préparer les juifs marocains à la vie en Palestine. Après la guerre, avec la pleine exposition des horreurs de l’Holocauste, le flot d’immigration est devenu une inondation. Le nombre de juifs quittant le Maroc pour la Palestine a été multiplié par dix entre 1948 et 1951.
Le nouvel État d’Israël a facilité cette immigration à travers le Mossad Le Aliyah Bet, entreprenant des opérations complexes pour transporter les juifs d’Afrique du Nord et d’Europe vers Israël. Mais à mesure que les tensions israélo-arabes s’intensifiaient, les gouvernements arabes prenaient de plus en plus de mesures pour empêcher l’émigration juive, la voyant comme un renforcement d’Israël contre eux.

Après que le Maroc a obtenu son indépendance de la France en 1956, l’émigration vers Israël a été interdite. Le Maroc a également rejoint la Ligue arabe et s’est aligné politiquement sur le monde arabe. Ces mesures ont alimenté l’antisémitisme, les nationalistes marocains considérant la communauté juive comme sympathisante du colonialisme et du sionisme, et donc déloyale envers la nation marocaine.
Le gouvernement a imposé des restrictions de plus en plus strictes sur l’émigration juive. Des militants sionistes et des leaders communautaires juifs ont été arrêtés et harcelés. Les permis d’émigration ont été refusés, les avoirs des candidats à l’émigration ont été gelés et les tentatives de sortie illégales sévèrement punies. Les écoles juives et les mouvements de jeunesse jadis florissants ont été fermés par les autorités. Les juifs marocains se sentaient de plus en plus en danger.

Face au péril grandissant, la communauté juive s’est tournée vers le Mossad Le Aliyah Bet pour organiser une émigration clandestine de masse. Un réseau d’immigration clandestin a été mis en place, dirigé par Shlomo Cohen puis Meir Cohen, avec l’agent principal du Mossad Shlomo Havilio. Connu sous le nom de «Cadre», ce réseau souterrain a coordonné avec l’Agence juive et le Congrès juif mondial pour faciliter l’immigration illégale des juifs du Maroc.

En 1961, le Mossad a conclu un accord avec le Roi Hassan II pour permettre aux Juifs de partir clandestinement, à travers une opération complexe et secrète connue sous le nom d’Opération Yachin. Le Mossad a créé une fausse histoire élaborée pour chaque immigrant, leur fournissant de faux passeports espagnols ou latino-américains, des visas de transit, des billets et des certificats de vaccination. Les juifs se rendaient par voie terrestre à travers la frontière vers les enclaves espagnoles ou s’envolaient de l’aéroport de Casablanca vers la France et l’Italie. De là, ils étaient transférés sur des navires à destination d’Israël.
Entre novembre 1961 et le printemps 1964, l’Opération Yachin a réussi à transporter clandestinement plus de 97.000 juifs marocains vers Israël. À son apogée, l’opération faisait sortir clandestinement environ 1.000 juifs par jour. L’ancienne communauté juive du Maroc, qui comptait autrefois plus de 250.000 âmes, a en grande partie disparu en moins de deux décennies.

L’exode clandestin était semé d’embûches. Chaque étape du voyage comportait des risques d’exposition et d’arrestation. Les réfugiés étaient régulièrement interrogés et harcelés par la police et les forces de sécurité marocaines. Les navires surchargés utilisés pour la contrebande étaient menacés par les tempêtes et les naufrages.
Il y eut de nombreux coups de chance et des tragédies déchirantes. En 1961, un navire d’immigrants appelé l’Egoz a coulé sur le chemin d’Israël, causant la perte de 44 vies. En 1962, les autorités marocaines ont sévi contre l’émigration illégale après avoir attrapé plusieurs agents du Mossad. Des centaines de juifs ont été bloqués dans l’attente d’un passage, terrifiés, tandis que les forces de sécurité les recherchaient. Grâce à des pots-de-vin et à la ruse, le Mossad a finalement réussi à faire sortir clandestinement la plupart d’entre eux via l’Algérie.
Les immigrants juifs marocains sont arrivés en Israël pleins d’espoir, mais pratiquement sans rien d’autre. L’Agence juive a installé la plupart d’entre eux dans des camps de transit ruraux appelés «Ma’abarot», qui offraient des conditions spartiates et des baraquements branlants. Plus de 85.000 Juifs marocains sont passés par ces camps dans les années 1950 et 1960. Les immigrants ont dû surmonter d’énormes défis pour s’intégrer dans la société israélienne. La discrimination était généralisée, les juifs européens méprisant les communautés juives d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, traditionnelles et religieusement conservatrices.

Pourtant, avec le temps, les juifs marocains ont trouvé leur place dans la société israélienne, à force de travail acharné, de persévérance scolaire et d’une profonde détermination à réussir dans leur nouvelle patrie. Ils ont apporté une contribution vitale dans tous les domaines de la vie israélienne, de l’agriculture à la musique, en passant par les forces de sécurité. La culture juive marocaine, avec ses traditions religieuses uniques, sa musique, sa cuisine et ses arts, a profondément enrichi la mosaïque culturelle d’Israël.
Aujourd’hui, environ 1 million d’Israéliens revendiquent leurs racines dans l’antique communauté juive du Maroc. Ils restent fiers de leur héritage et du périlleux voyage entrepris par leurs familles pour trouver la liberté en Israël.
L’exode clandestin des juifs du Maroc, bien que né de la tribulation, est devenu un Exodus du 20ème siècle, ces réfugiés trouvant enfin leur chemin vers la Terre promise.

Articles similaires

Chroniques

L’extrême droite caracole en tête des sondages en France

L’extrême droite, incarnée par Jordan Bardella, semble avoir le vent en poupe....

Chroniques

Mieux communiquer, mieux vivre…C’est inspirant, d’être inspirant !

Pour réussir à inspirer les autres et pour réussir à être inspiré...

Chroniques

Le renseignement face à l’essor des criminels en col blanc

Dans ses formes les plus raffinées, la criminalité en col blanc se...

Chroniques

Le terrorisme international appartient-il au passé ?

La menace de la terreur n’a pas disparu de notre monde