Des idées novatrices pour «le Maroc d’après»

Des idées novatrices pour «le Maroc d’après»

Cette pandémie finira bien un jour -le plus tôt sera le mieux- la vaccination aidant, nous sortirons de cette période qui aura profondément changé nos vies, avec son lot de souffrances, de deuils, de doutes et d’insistantes remises en question.
Si nous ne tirons pas les indispensables leçons de ces sombres 15 mois alors nous passerons d’une crise sanitaire à une profonde crise sociale.
Il faut préparer «l’après confinement», dans tous les domaines.
SM le Roi a pris les devants en lançant l’une des plus grandes réformes qui soient : celle de la couverture sociale, qui nous fera effectuer un formidable bond en avant dans le mieux-vivre et la protection de nos concitoyens…
Dans cette chronique je voudrais quant à moi m’arrêter sur un domaine capital pour notre pays et cette période nous en a montré toute l’ importance: le tourisme.
Ayant effectué un séjour à Essaouira la semaine dernière pour des actions associatives, j’ai pu mesurer à quel point le tourisme international est non seulement vital pour notre économie mais à quel point il l’est aussi pour notre culture, notre ouverture, notre rayonnement et pourquoi ne pas le dire : notre façon de vivre.
Essaouira qui a beaucoup d’atouts dans ce domaine -elle a initié une nouvelle forme de tourisme il y a bien longtemps, basée sur l’authenticité, l’Histoire, la culture, le patrimoine- a évidemment elle aussi souffert de la fermeture des frontières, il nous faudra donc suivre avec beaucoup d’intérêt la manière dont elle rebondira et saura renouveler encore et toujours sa façon d’attirer à elle les touristes.
A l’instar de toutes les villes dont le tourisme est un élément stratégique Essaouira, Marrakech, Fès, Agadir…/… c’est toute une population qui s’est soudainement retrouvée en situation de précarité : bien sûr nos concitoyens travaillant dans le secteur de l’hôtellerie et la restauration en premier lieu -nombreux sans doute sont d’ailleurs les établissement qui ne ré-ouvriront pas, mais il faut également s’attarder sur tous les métiers, tous les petits boulots, tous les travailleurs journaliers… qui tournent autour du tourisme et ont pris la crise en pleine face: artisans, taxis, porteurs, guides, bazaristes, petits vendeurs ambulants de souvenirs, gardiens de parkings, etc, etc, la chaîne est innombrable.
Croire que le tourisme redeviendra «comme avant» me semble utopique et peut-être – si l’on sait en tirer une expérience positive- que cela nous donnera l’occasion de rénover notre modèle d’attraction des amateurs de notre pays.
L’ONMT est en train de lancer une campagne, je voudrais quant à moi élaborer ici quelques propositions qui me sont revenues du terrain, précisément des discussions que j’ai eues avec les jeunes directement liées au tourisme et qui cherchent des idées innovantes :

1) Utiliser intelligemment les réseaux sociaux :

– «Le Maroc en caméra embarquée» :
Invitation est donnée via les réseaux sociaux aux internautes de différents pays, pour un voyage en caméra embarquée à travers le Maroc comme on ne l’a jamais vu. De jeunes et talentueux vidéastes nous feraient alors parcourir les villes et les campagnes sous un jour nouveau : au moment du coucher du soleil, de chez l’habitant, en musique, en commentant leurs vidéos dans différentes langues, etc
– Lancer un concours- photos sur le Web : «Maroc insolite» .
Les 3 photos les plus originales, surprenantes, inattendues de la ville seraient primées : un séjour dans un hôtel, un dîner dans un grand restaurant, un voyage gratuit…
– Initier un «sondage en ligne : «» :
que souhaitez vous trouver en priorité au Maroc pour y passer vos vacances ?
(En soumettant par exemple au choix une dizaine de propositions.)

2) Activités novatrices

– «Maroc on the beach» :
proposer à des restaurants des villes maritimes d’organiser des déjeuners ou des dîners sur la plage (tables à bonne distance les unes des autres installées sous les paillottes + lanternes le soir).
Chaque restaurant proposant des plats spécifiques et utilisant l’immense palette de l’art culinaire marocain, à des niveaux de prix différents afin de capter toutes les catégories d’estivants.
– Week-end cinéma sur les murailles : projection de films grand public sur les murailles de nos villes.
– Terrasses en fête : animation des terrasses des restaurants et des cafés par les jeunes artistes de rue.
– Cafés à thèmes : littéraires, musicaux, inter-générations…
– Mode in Morocco : organisation de défilés sur les places de nos villes, où stylistes, couturier(e)s présenteront leurs modèles, en offrant la possibilité d’acheter les modèles sur place, lors de ces défilés.
Ce ne sont là que quelques unes des idées et propositions qui m’ont été faites par ces jeunes, je les ai trouvées particulièrement judicieuses : ministère du tourisme, agences, Offices du tourisme, conseils, hôteliers, compagnies aériennes, restaurateurs…pourquoi ne pas vous saisir de ces idées innovantes, attrayantes, ambitieuses ?
A votre disposition pour vous mettre en contact avec ces jeunes qui peuvent ouvrir de nouvelles et bénéfiques perspectives à ce secteur crucial pour notre pays.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *