Chroniques

Drame humain à Gaza : Ou l’art de justifier l’horreur

© D.R

Il n’y a strictement aucune différence entre l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe et la guerre menée aux Palestiniens à Gaza. Pire, ce qu’Israël perpètre devant les yeux du monde est une épuration ethnique calculée, planifiée et exécutée avec barbarie.

 

De plus en plus d’analyses et de commentaires circulent dans les médias, la presse internationale, sur les ondes des radios mondiales, sur les réseaux sociaux, les plateaux télé faisant des amalgames et justifiant l’injustifiable. Quand on se penche sérieusement sur la question, il n’y a strictement aucune différence entre l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe et la guerre menée aux Palestiniens à Gaza. Pire, ce qu’Israël perpètre devant les yeux du monde est une épuration ethnique calculée, planifiée et exécutée avec barbarie. Si les Russes livrent leur guerre aux Ukrainiens pour des raisons économiques d’abord avant de vouloir régler de vieux contentieux avec l’Occident qui a toujours pris de haut le Kremlin et son Président Vladimir Poutine, Israël extermine tout un peuple uniquement dans le but d’en finir avec les Palestiniens jusqu’au dernier. Un génocide n’est jamais «apparentable» à une guerre classique entre deux belligérants et deux armées qui s’affrontent, à armes, plus ou moins, égales. Dans le cas de la Palestine, nous avons la cinquième puissance militaire dans le monde, Israël, avec ses bombes nucléaires, ses moyens colossaux, l’appui financier et militaire de presque tous les pays occidentaux, avec à leur tête les États-Unis d’Amérique, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, qui fournissent armes, munitions, aides logistiques et technologiques, renseignements…, oui, l’une des armées les plus sophistiquées du monde qui tue des civils, vieux, femmes et enfants, qui démolit toutes les infrastructures, déjà en piteux état de tout Gaza, qui déporte plus de 2 millions d’êtres humains pour éradiquer une bonne fois pour toutes l’existence même de quelque chose que l’on pourrait, dans un avenir proche, appeler Palestine et Palestiniens. Il est clair que dans cette optique, en finir avec un peuple résout définitivement le problème de l’occupation israélienne qui dure depuis 1948. Plus de Palestiniens, plus de conflit. Plus de Palestiniens, plus de Gaza, plus de territoires occupés, plus de Cisjordanie. Plus de territoires palestiniens, vidés de leurs populations, plus de place et de colonies pour les occupants juifs. Le plan est aussi basique que cela. L’objectif aussi radical. Pourtant, le monde occidental, dans presque son écrasante majorité, s’émeut sur le sort des Ukrainiens qui, il faut le dire, ont le droit de lutter pour leur patrie et de défendre la souveraineté de leur nation. Tous les chefs d’État occidentaux, ou presque, fustigent le président russe, Vladimir Poutine. On le traite de dictateur, de sanguinaire, de mégalomane. Pourtant, ce que fait Benyamin Netanyahu est sans commune mesure avec ce qui se déroule sur les fronts de guerre en Ukraine. Aucune comparaison n’est possible entre les deux situations. Mais, aucun chef d’État occidental n’ose critiquer les crimes d’Israël. Personne n’ose dénoncer le génocide en cours. Personne ne peut parler des 40.000 morts, des 20.000 enfants tués, des 15.000 femmes massacrées, de tous les vieillards jetés dans des fosses communes. Personne ne peut se dresser et dire «Stop». Tout l’Occident cautionne le crime et la barbarie d’Israël. On regarde, on prend des notes et on laisse Tsahal décimer à coups de bombes et d’obus. Pire, on ose même dire que l’armée israélienne se défend face aux Palestiniens, qui n’ont ni armes, ni chars, ni fusils, sauf les décombres de leur territoire en ruine et en cendre. A coups de médias acquis à la cause israélienne, on matraque le monde avec de mensonges et de fausses informations, de fake news, de propagande basique et, il faut le dire, efficace, puisque la communauté occidentale et les peuples d’Occident, dans leur majorité, ne voient que l’arbre qui cache la jungle. Toute une réalité qui se joue devant nous et qui remodelée, façonnée, travestie, défigurée par les journaux télévisés, par des journaux, des magazines, des reportages et autres TV Shows qui donnent dans le divertissement sur fond de massacres humains, le sourire aux lèvres et l’invective rapide, quand on ose dire le contraire de ce que tous les médias occidentaux fourguent à leurs populations. C’est cela le nouvel ordre mondial. On tue et on filme le génocide et on le livre aux yeux du monde comme des épisodes de novelas à la sauce ensanglantée. Et la mayonnaise prend. Comme par hasard.

Articles similaires

Chroniques

Front populaire contre alliance des droites

Aujourd’hui au vu des antagonismes lancinants des composantes de cette gauche, la...

Chroniques

Les jeux vidéo tuent !

Quand on se penche sur les conséquences de l’addiction aux jeux vidéo,...

Chroniques

Mieux mentir, pour mieux vivre ?!

Pourquoi nous pousser à communiquer le faux, à troquer le vrai pour...

Chroniques

Un peuple c’est une âme !

L’âme marocaine est belle par essence, faite de fraternité, d’hospitalité, d’ouverture sur...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux