Chroniques

Drôles d’oiseaux

En attendant, les préparatifs vont bon train aussi bien de la part des anciens que des nouveaux qui ne sont, pour la plupart, que d’anciens combattants irrités par le comportement de leurs anciens dirigeants et qui ont décidé de voler de leurs propres ailes.

Justement, à propos d’ailes, je vais vous parler d’oiseaux. Un parti qui fait partie de ces nouveaux-anciens arrivants tout fraîchement légalisé, et qui se place à gauche, disons «progressiste», vient de se voir refuser l’organisation de son congrès constitutif pour une raison pour le moins insolite : le symbole qu’il a choisi pour se présenter aux prochaines élections  – un faucon – ressemble, du moins aux yeux de qui de droit, à une… colombe, un label déjà existant chez un parti concurrent de droite, disons «libéral».

Je sais, et je l’ai déjà souligné, ici et ailleurs, que les lignes politiques de nos partis ont tendance à se ressembler de plus en plus, mais de là à craindre qu’on confonde même leurs logos, c’est un peu trop. D’autant plus qu’entre un faucon et une colombe, il y a, théoriquement, tout un monde.
A demain

Articles similaires

Chroniques

La déception, l’ennemie jurée de l’espoir !

Une vie passée à craindre et épier une issue dont personne ne...

Chroniques

La double contrainte de la guerre de Gaza

Les différences de positions actuelles peuvent sembler importantes, mais la pression exercée...

Chroniques

Walid le charismatique, bien plus qu’un coach…

Un coach a une charge vitale bien évidemment et son champ d’action...

Chroniques

France/Maroc, le réchauffement en marche ?

Quand le président Macron demande à son ministre des affaires étrangères de...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux