Chroniques

Écrire pour mieux souffrir

© D.R

Pour écrire des livres profonds qui vont du cœur et s’adressent au cœur, il faut avoir creusé en soi des canyons, des sentiers indélébiles, pour aller chercher quelque lumière.

Victor Hugo a eu tout faux.
En clamant «le livre tuera l’édifice», Victor Hugo a projeté des nations à venir faites de recherche idéale, d’introspection mesurée et de croissance cognitive.
Son graal n’a pas tenu.
La pierre philosophale est restée pierre et PERSONNE ne cherche la sublimation et la cristallisation reste brute.
C’est simple. Pour écrire, pour raconter, pour dire, pour vibrer avec l’autre, avec tous les autres, il faut avoir des choses à exprimer en mots, il faut avoir porté en soi tant de périples intérieurs et à partager, dans ce sens qu’il faut avoir vécu pleinement, avoir été frotté aux jours, avoir voyagé, beaucoup voyagé, avoir foulé d’autres atmosphères mentales, d’autres saisons du cœur, avoir connu le bon et le mauvais, avoir rencontré du monde, avoir réussi et surtout beaucoup échoué ; il faut avoir vécu des aventures, extrêmes de préférence, dans ce sens qu’elles creusent des sillons dans l’âme.
Il faut avoir été heureux, avoir souffert, avoir perdu des personnes très chères, avoir été déçu, avoir espéré, avoir été trompé, trahi. Pour écrire des livres profonds qui vont du cœur et s’adressent au cœur, il faut avoir creusé en soi des canyons, des sentiers indélébiles, pour aller chercher quelque lumière. Pour écrire des livres qui valent la peine d’être lus, il faut aller puiser à même le sang les mots, les personnages, les situations pour raconter des vies, pour toucher le cœur des autres, pour vibrer au contact de ce lecteur qui en ouvrant notre livre se sent chez lui, avec lui-même, dans un paysage humain où seule l’âme fait office de baromètre.
Il faut aimer cet autre et fusionner avec l’âme humaine en brassant le purin qu’elle déverse pour mieux saisir sa beauté.
Ce que nous écrivons doit parler aux autres de leurs vies, de leurs privations, de leurs fantasmes, de leurs rêves et de leurs espoirs, de leur hypocrisie, aussi, de leur folie, de leurs contradictions, de leurs moments de grâce, de leurs petitesses, de leurs failles, de leurs blessures, de leur espérance en une hypothétique rédemption. Nos textes doivent être vus et sentis comme tels. Pour faire de la littérature, il faut aller au charbon, il faut raconter la vraie vie, dans ce qu’elle a de beau, dans ce qu’elle a de laid, de fort et de vil. Je pense que les lecteurs ont la capacité et le recul nécessaire pour toucher cela dans le travail de chaque auteur, et c’est ce qui explique en partie le succès de certains écrivains qui vont à l’essentiel, qui refusent de donner dans la folklorisation du vécu. Les Marocains en ont justement assez du folklore non représentatif de leurs vies réelles, dénigrant le pouls réel de la société, ceci pour racoler quelques lecteurs en mal de dépaysement. Les amoureux du verbe savent quand le texte est faux, quand il est emprunté, bricolé. Je reprends cette expression chère à un grand écrivain «bricoler dans l’incurable» jusqu’à l’effondrement certain.
Pour résumer mon propos sur l’état de santé de la littérature marocaine ces dix dernières années, je partage avec vous la question d’un lecteur : Pourquoi écrivez-vous, m’a-t-il demandé ? Franchement, je ne me suis jamais posé la question. Je peux la jouer docte et pédante et étaler devant vous des concepts grandiloquents sur la souffrance de l’auteur et autres lieux communs de ce genre. Il n’en est rien. J’écris parce que d’abord j’aime le faire. Cela me transporte d’écrire. Cela me grandit d’écrire. J’écris parce que j’ai des choses à dire, parce que j’ai des choses à me dire. J’écris parce que j’ai des choses à régler avec moi-même. C’est un acte d’un grand égoïsme, l’écriture. Et tous les écrivains sont des empâtés d’égoïstes, ne croyez pas autre chose quand ils se lâchent sur des soucis de l’humanité et d’autres fadaises dans ce style. Non, il est juste question de soi, et le meilleur sujet de l’écriture demeure celui qui scrute les sombres recoins de soi-même. Ce «Moi, Moi-même et Je», ce trio qui nous échappe à chaque instant, c’est de cela qu’il s’agit.
Écrire, c’est vivre plusieurs vies. Écrire, c’est refaire sa vie, c’est refaire son passé, c’est rafistoler les jours et leurs ombres. Écrire, c’est d’abord rectifier sa vie. Écrire, c’est tenter de s’aligner. Écrire, c’est essayer de sauver un peu sa peau, par la force du verbe. Écrire, c’est aussi prendre une sacrée revanche sur la vie et ses ratages, sur ses dérives et ce qui ne veut pas s’arranger. Écrire, c’est dire merde à la mort, en face, sans sourciller. Et quel pied, on prend, quand c’est fait !
Je dirais même plus écrire pour laisser une trace, l’écriture aujourd’hui est à l’histoire de nos prochains ce que sont les pyramides à la nôtre …une arme de transmission tellement plus simple et si difficile à la fois mais qui nous permettrait de transmettre sans ombre hiéroglyphique aux générations à venir notre histoire, gagner du temps !!
Si l’écrivain est égoïste, il est néanmoins dans un acte inconscient de transmission, il est messager du temps, heureusement il ne le perçoit pas et donc continue à écrire, tombe dans ses failles narcissiques, et continue à écrire pour laisser sa trace, mais ne lui dites surtout pas : l’écriture n’est en réalité que grand service rendu à l’humanité.
L’écriture est pyramide.

Articles similaires

Chroniques

Le mouvement associatif marocain… unique !

Je connais beaucoup de pays qui rêveraient de posséder un tel maillage...

Chroniques

France-Maroc, le plus dur reste à faire !

Pour le Maroc, tant que Paris craint de heurter les Algériens par...

Chroniques

L’Aïd, une belle occasion de communiquer notre joie…

Un jour, une année, 12 mois, avant que ce rendez-vous joyeux, chaleureux...

Chroniques

Ce que j’ai appris de ce Ramadan…

Le pari est immense, que nous relevons depuis maintenant 14 années, et...