«Faites» de la jeunesse… un partenaire !

«Faites» de la jeunesse… un partenaire !

Réforme de l’éducation, santé, changements climatiques…

La triste période que nous traversons le montre plus que jamais, notre jeunesse est l’un de nos plus grands atouts, l’une de nos richesses les plus prometteuses : depuis mars, des centaines, des milliers de nos jeunes sont de tous les combats, de toutes les mobilisations, ils sont au front !
Ils arpentent le terrain sans relâche, sont aux côtés des plus fragiles, des précaires, des autres jeunes ; ils distribuent, aident, sensibilisent, dialoguent ; ils ont été à l’avant-garde, ils ont pris des risques ; donné de leur temps, de leur énergie ; fait preuve d’inventivité, d’abnégation…
Ils sont courageux, engagés, patriotes, ne demandent rien, n’attendent rien…
Ils ont mérité de la Patrie !
A une journaliste française qui me posait la question il y a quelques jours – de savoir si la situation des jeunes avait changé, avait évolué au cours de ces dernières années – j’ai répondu sans hésitation qu’elle n’avait plus rien à voir avec celle que j’avais rencontrée en rentrant au pays en 2003. Pour montrer l’évolution j’ai un exemple très concret à avancer : il y a 20 ans il n’était même pas envisageable qu’un wali, un gouverneur, ni même un caïd dialogue avec des jeunes – encore moins qu’il les reçoive- or aujourd’hui le wali de Marrakech-Safi noue un partenariat -de sa propre initiative- avec les jeunes militants associatifs d’Essaouira, de Safi, de Marrakech en leur offrant des masques à distribuer lors de leurs actions de sensibilisation. Il faut dire les choses qui marchent et rendre à Sa Majesté ce qui lui appartient, en effet c’est sous l’impulsion de notre Roi que ces changements s’opèrent : chaque discours royal est l’occasion de prôner l’émergence de la jeunesse, d’inciter à sa reconnaissance, de plaider en sa faveur. L’époque de pandémie que nous connaissons est particulièrement angoissante pour les générations actuelles : quel sera leur avenir ?

Or précisément une partie de l’avenir est entre leurs mains -une partie seulement certes, mais il est urgent que notre jeunesse puisse saisir la balle au bond- demain, inchallah, le virus aura disparu, un monde qu’il faudra réinventer s’ouvrira : il faudra que les jeunes en soient les acteurs, les moteurs, les inventeurs. Personnellement j’ai une totale confiance dans notre jeunesse, elle est capable du meilleur – et le prouve au quotidien, je rencontre tellement de jeunes volontaires, investis, nobles… que je sais qu’ils sauront dépasser les obstacles. S’il est un constat que je peux faire, en me fiant à mon expérience du quotidien, c’est bien que le meilleur allié possible de la jeunesse est la volonté royale !
D’ailleurs ces jeunes engagés dans le travail associatif, sur le terrain, l’ont ressenti concrètement lors du discours du Trône, où Sa Majesté a rendu hommage aux initiative prises par la société civile, notamment celle de ces jeunes faisant retentir l’hymne national aux fenêtres et aux balcons durant le confinement.
Bien sûr la société n’avance pas d’un même pas et les obstacles, les embûches, les retards existent : tous n’ont pas compris l’importance vitale de considérer nos jeunes comme des partenaires à part entière, comme des acteurs incontournables de notre développement, du chemin reste à parcourir mais il faut croire en notre pays, il faut avoir foi en notre capacité à nous dépasser. Les défis à relever, les enjeux à réussir… les causes à défendre sont nombreuses, pourtant s’il en est une qui -selon moi- englobe toutes les autres, il s’agit bel et bien de la cause de la jeunesse !

En lui permettant de progresser c’est la Nation tout entière qui avancera !
Heureux anniversaire Majesté, que Dieu vous préserve et vous aide, heureuse fête pleine de promesses à notre jeunesse.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *