Chroniques

Hors-jeu : La canne Eurosports

Alors que les télévisions de l’Afrique du nord sont en train de trouver la manière la moins douloureuse de subir la loi de la radio télévision arabe (ART) en ce qui concerne la retransmission des matchs de la CAN 2004, un nouveau rebondissement dans cette affaire risque de tout chambouler. Il semblerait que «Eurosports», la chaîne spécialisée, est en droit de retransmettre les matchs de la coupe d’Afrique des nations, à raison de deux matchs par jour. En clair et en direct. L’information figure sur le site Internet de la chaîne européenne. Si cela se trouve, c’est la chaîne ART qui est dans une mauvaise posture. Après avoir cru détenir le droit sacré de la retransmission télé, c’est un sacré coup qu’elle reçoit à quelques jours de la CAN. Juste quelque temps après que le nombre des abonnées à la même «ART» commence à augmenter avec une floraison de la vente des décodeurs. Ainsi le public marocain ne sera en aucun cas privé du déroulement des phases du Championnat africain qui aura lieu en Tunisie, grâce notamment à ce rebondissement inopiné. Autrement dit, que les chaînes nationales arrivent à un arrangement avec ART ou non, les Marocains n’auront qu’à zapper pour se retrouver au coeur des stades tunisiens. Certes, les rencontres ne seront pas commentées en arabe, mais depuis l’ère de la parabole, l’oreille de notre public est devenu adaptable à plusieurs langues, outre la langue française. D’un autre point de vue, il se pourrait que cette donne fasse partie de la stratégie affichée par la CAF et qui consiste à ne ménager aucun effort pour la propagation et la vulgarisation du football sur toute l’étendue du continent. Réalisant à temps les torts que pourrait lui causer le monopole d’ART aux yeux des pays concernés, la CAF aurait ouvert cette brèche pour équilibrer un peu le «jeu». Ce ne serait plus ART qui détient désormais les clés de la retransmission des matchs en question pour les pays de la zone nord de l’Afrique, dont en l’occurrence, le Maroc, l’Algérie, et l’Egypte. Heureusement d’ailleurs, car les pays concernés ne sont pas prêts à remplir les conditions que comptait imposer la chaîne détentrice des droits de retransmission. D’un autre point de vue, l’intervention d’un mastodonte en la matière comme «Eurosports» risque de pousser ART à revoir au plus vite sa position vis-à-vis des télévisions de l’Afrique du nord. Les choses retourneraient ainsi à leur position initiale et le large public sera au rendez-vous comme depuis des années. Tout ce remue-ménage provoqué par cette affaire n’aura été finalement qu’une perte de temps. Il aura suffit qu’une chaîne européenne s’en mêle pour qu’une série de formalités, d’octroie de droits et de négociations tombe à l’eau. Un petit électrochoc, avec une canne tendue aux dépourvus et le problème est dénoué pour de bon. Il n’y a point d’accidents si malheureux dont les habiles ou les riches gens ne tirent quelque avantage, ni de si heureux que les imprudents ne puissent tourner à leur préjudice.

Articles similaires

Chroniques

L’extrême droite caracole en tête des sondages en France

L’extrême droite, incarnée par Jordan Bardella, semble avoir le vent en poupe....

Chroniques

Mieux communiquer, mieux vivre…C’est inspirant, d’être inspirant !

Pour réussir à inspirer les autres et pour réussir à être inspiré...

Chroniques

Le renseignement face à l’essor des criminels en col blanc

Dans ses formes les plus raffinées, la criminalité en col blanc se...

Chroniques

Le terrorisme international appartient-il au passé ?

La menace de la terreur n’a pas disparu de notre monde

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux