Chroniques

La fascination de l’horreur

© D.R

Il faut dire que plus le temps passe, plus les temps sont durs pour une écrasante majorité de musulmans qui doivent s’appliquer à montrer à tout le monde qui ils sont et qui ils ne sont pas.

C’est aujourd’hui une règle de conduite: quoi qu’il arrive, il faut soutenir l’Etat hébreu envers et contre tous. Il faut aussi, dans la même équation, condamner, attaquer et faire la guerre aux Arabes et à l’Islam, accusé de tous les maux et érigé en épouvantail, en menace contre les Occidentaux.
Regardez ce qui se déroule aujourd’hui aux yeux du monde. On le vérifie, depuis l’éclatement de la guerre en Palestine, après les prises de position de très nombreuses personnes dans des domaines divers comme les médias, la culture, le sport, la société civile, des ONG… nous assistons à des représailles et des sanctions à répétition pour museler toutes les voies arabes et musulmanes et aussi tous les sympathisants avec la culture arabe et islamique, qui osent affirmer le contraire de ce qui est martelé en boucle sur la quasi-totalité des chaînes d’information du monde, excepté, bien entendu, la Russie, la Chine, la Corée du Nord, l’Iran et quelques pays africains et arabes. Tous ceux qui ont le courage de dénoncer ces crimes en direct le payent cher.
Pourtant ces crimes visant des populations civiles, considérées comme étrangères sur le sol où elles sont nées et où elles ont grandi, sont des crimes contre l’humanité. Et les assassins, quels qu’ils soient, doivent être jugés et écroués pour longtemps. Mais ce n’est toujours pas le cas. Et cela n’arrivera pas, parce que ce n’est pas là la première fois que l’armée israélienne tue en toute impunité et que l’Occident cautionne le meurtre et le crime. Ce n’est pas là la première fois que les soldats de Tsahal torturent, tabassent et en arrivent à tirer des balles sur des citoyens portant le nombre de morts à plus de 36.000 victimes en quelques semaines. Cette situation dure depuis 75 ans, et elle s’est accentuée ces vingt dernières années, avec la ferme volonté de la part de l’Etat d’Israël d’en finir avec les populations dans les territoires occupés, avec l’appui et l’aval des puissances occidentales.
Face à cette mascarade offerte par certains pays et leurs médias, qu’en est-il de la fameuse liberté d’expression occidentale? Face à cette parodie de la presse et du journalisme, qu’en est-il du slogan aujourd’hui vide de tout sens: Liberté, égalité, fraternité ? Sans hésitation aucune, la réponse est limpide: Il n’en est rien.
On juge. On cloue au pilori et on détruit des carrières à tour de bras. L’objectif étant immuable: défendre les criminels et accabler les victimes. Aussi absurde que cela puisse être, aussi aberrant et incroyable, c’est la stricte réalité qui nous est proposée aujourd’hui.
Pour voir à quel point l’Occident a sombré dans le fascisme et la dictature, que ces leçons de morale sont uniquement destinées aux autres, qu’il applique religieusement ce qu’il interdit aux autres de faire, penchons-nous sur le conflit séculaire qui oppose l’Occident à l’Islam.
En effet, malgré les blessures, malgré l’horreur et la barbarie, malgré les guerres et les génocides, on recycle toujours les mêmes injustices, les mêmes crimes contre l’humanité. Toujours avec autant d’application et de terreur.
Aujourd’hui, et depuis plusieurs décennies, c’est au tour des musulmans de faire les frais de la barbarie humaine. Les musulmans, partout dans le monde, quelles que puissent être leurs origines et leurs identités, sont sommés aujourd’hui de montrer patte blanche et de se justifier à propos de presque tout ce qui fait leur vie. Ils doivent prouver qu’ils sont des gens bien, qu’ils sont des personnes pacifiques, qu’ils sont tolérants, qu’ils sont des personnes qui croient en les valeurs de l’Occident, ils doivent montrer qu’ils respectent scrupuleusement les règles et les codes des pays où ils ont élu domicile, par choix, par nécessité, par obligation aussi. Ils doivent aussi montrer qu’ils refusent toute forme d’empathie avec des minorités marginalisées ou mises à l’index. Ils doivent accepter et approuver tous les préjugés sur leurs semblables, sur tous ceux que l’Occident stigmatise. Ils doivent accepter les ostracismes et autres racismes en vigueur aujourd’hui dans un monde de plus en plus clivé et sectaire. Ils doivent condamner ce qui est juste et justifier l’injustifiable. Ils doivent renier leurs origines comme ils sont obligés de dénigrer leurs identités et chanter les louanges de cet Occident qui sombre de façon ostentatoire dans la barbarie la plus assumée et décomplexée.
Il faut dire que plus le temps passe, plus les temps sont durs pour une écrasante majorité de musulmans qui doivent s’appliquer à montrer à tout le monde qui ils sont et qui ils ne sont pas. Comme c’est le cas aux USA et presque partout en Europe aujourd’hui, où il faut sortir manifester dans les rues et dire aux Occidentaux : «Regardez, nous sommes les gentils, nous n’avons rien à voir avec les illuminés du Hamas. Nous n’avons rien à voir avec les terroristes ni avec aucune mouvance extrémiste et radicale. Nous sommes des gens comme vous tous, nous voulons juste vivre dignement et dans la paix sociale, si c’est possible, s’il vous plaît !». Ils doivent aussi éviter toute empathie avec la Palestine et surtout ne rien dire sur Israël, sur l’occupation, sur l’apartheid, sur l’épuration ethnique, sur les tueries systématiques dans les territoires occupés. Ils doivent se taire ou cautionner l’horreur. Sinon, ils sont désignés comme ennemis de la démocratie à l’occidentale. Ils doivent payer parce qu’ils ont osé penser différemment, parce qu’ils ont osé avoir d’autres idées que celles imposées par les régimes occidentaux et par la majorité écrasante de leurs médias. Pour étayer notre propos, nous avons suivi l’actualité, durant plus de deux mois, en Occident, il n’y a que cela : musulmans, terrorisme, Hamas, Hezbollah, État islamique. Tous dans le même panier. Le zapping des chaînes qui font encore et toujours le tour concentré de l’actualité du monde selon l’Occident, montre à quel point la propagande marche et comment l’instrumentalisation des idéologies fonctionne. C’est tout bonnement affligeant toute cette braderie de médiocrité sous couvert de journalisme! Tout le monde y va de son cru, tout le monde commente, tout le monde donne son avis. On stigmatise, on pose des questions désobligeantes à des citoyens européens et américains, qui n’ont rien à voir ni avec Hamas ni avec ce pseudo État islamique, voire des musulmans plus laïcs que les Français eux-mêmes. Le mot d’ordre étant : d’abord, tu montres toute ton empathie pour Israël, ensuite, on peut parler pour montrer à quel point l’islam et les musulmans sont «méchants», «mauvais», «remplis de haine» en voulant aux juifs et aux chrétiens. Cette démarche assumée par les médias est une inquisition en règle.

Articles similaires

Chroniques

Nos jeunes et les discours de haine

Les jeunes qui représentent 16% de la population mondiale et qui sont...

Chroniques

La France à l’extrême, au pire morcelée et ingouvernable !

Ce scénario qui fait parler Jordan Bardella le patron du RN, comme...

Chroniques

110.000 enfants travaillent au Maroc !

Force est de constater que malgré des avancées certaines et des efforts...

Chroniques

«Islamophobie»… ou ne pas mieux vivre ensemble !!!

Par la peur de l’autre, on crée d’autres peurs, celle d’avoir peur...