Chroniques

La leçon

Nous qui sommes si souvent dans l’auto-dénigrement, dans le désamour de nous-mêmes, dans la suspicion, ils nous ont redonné l’envie d’y croire, la rage de vaincre, la foi en nos capacités.

Ferveur 
Nous avons gagné une équipe, nous avons gagné un leader, nous avons gagné une cohésion, une foi que nous pensions perdues..

L’équipe nationale, et tout particulièrement le coach Walid Regragui, ont donné une leçon magistrale au monde.
En premier lieu à nous les Marocain(e)s !
Ils nous ont montré que si l’on voulait, alors on pouvait !
Avec de la détermination, de la discipline, du courage, de la confiance en nous-mêmes et un esprit collectif, alors rien ne nous était impossible !
Nous qui sommes si souvent dans l’auto-dénigrement, dans le désamour de nous-mêmes, dans la suspicion, ils nous ont redonné l’envie d’y croire, la rage de vaincre, la foi en nos capacités.
Walid Regragui a quant à lui révélé au grand jour une forme de leadership totalement inédite -voire décriée chez nous- faite de conseils judicieux, de proximité, d’affection, de confiance et d’implication totale parmi ses joueurs.
Tous nos responsables, nos élus, notre «élite» (intellectuelle, économique, politique…), notre administration… doivent en prendre de la graine, la méthode Regragui est aux antipodes de la leur, eux qui cultivent plutôt la distance, le mépris, l’indifférence…
Nefs et Niya doivent devenir le modèle à appliquer à tous les échelons…
Enfin le parcours de notre équipe dans ce Mondial doit ouvrir les yeux de tous sur les capacités, les talents, l’engagement de notre jeunesse : arrêtons les politiques à la petite semaine, les petits coups de com’, les tapes dans le dos en face des caméras ou lors des campagnes électorales, croyez-moi -je le mesure au quotidien- cette équipe a décomplexé notre jeunesse, elle sait ce qu’elle vaut, ce qu’elle veut, ce qu’elle mérite !
Il faut retenir la ferveur de tout un peuple derrière ses joueurs et il faudra garder dans nos mémoires l’incroyable communion entre notre Roi et les Marocains !
Les images de Sa Majesté dont la voiture était submergée par une foule affectueuse et enthousiaste ont fait le tour du monde, quelle leçon pour tous les «anti-tout», les prédicateurs d’apocalypse, les pompiers pyromanes.
D’ailleurs ils ont complètement disparu des écrans radars tous ces donneurs de leçons, eux qui se prétendent si proches et préoccupés du peuple, que n’étaient-ils donc à nos côtés, tant sur les réseaux sociaux que dans la rue, sans doute que cela ne correspond pas à ce qui est bien pour le peuple, selon eux !?
Hors le cadre purement national, notre équipe et son coach ont donné une leçon bien trempée à nombre de pays nous regardant comme un petit poucet – avec condescendance dans le meilleur des cas, avec mépris bien souvent – que n’avons-nous subi de la part de certaines chaînes «d’1Faux françaises», tenant des propos qui plus d’une fois auraient dû tomber sous le coup de la loi.
Pour eux il ne s’agissait plus de sport mais de «politique».
Ils en sont arrivés à évoquer un combat entre la chrétienté et l’islam, encore un pas à franchir et ils allaient traiter nos joueurs d’islamistes.
Plus encore, pour de nombreux pays européens, que le Qatar réussisse une magnifique Coupe du monde et que le Maroc arrive en demi-finale est pour eux insupportable, il leur faudra pourtant s’y faire, l’organisation du Mondial par le Qatar est un remarquable succès et les appels au boycott ont fait un flop monumental.
Quant à notre équipe si elle n’a pas accroché d’étoile à son maillot, elle a accroché des milliers d’ étoiles dans nos yeux. Nous avons gagné une équipe, nous avons gagné un leader, nous avons gagné une cohésion, une foi que nous pensions perdues.
Je voudrais aussi dire un mot des étrangers, notamment les Français vivant sur notre sol, que j’aime appeler «Marocains de coeur» , ils ont été dans leur immense majorité exemplaires, soutenant bien sûr l’équipe de leur pays, mais partageant notre admiration pour notre équipe avec beaucoup d’enthousiasme, certains d’entre eux soutenant même les Lions avec ferveur.
Bien sûr des exceptions ont entaché cette fraternité, un insupportable sentiment de supériorité, inguérissable, les habitant.
Une chose me semble certaine, après l’éclosion de cette équipe, après son parcours, après les multiples leçons qu’elle nous a données, rien ne pourra plus être comme avant. Un plafond de verre a été brisé qui nous empêchait d’atteindre le ciel, aujourd’hui ce ciel -c’est-à-dire l’excellence- est à portée de main.
Alors c’est cela, visons l’excellence, partout, au quotidien, dans nos rêves, dans nos gestes, dans notre comportement… arrêtons de nous contenter de l’à-peu-près et de dire en guise de justification : eh oui c’est le Maroc !
Aujourd’hui notre Maroc doit être ambitieux, avec lui-même, avec nous, le Maroc est une exigence !
Alors Walid et vous les Lions, pour tout ce que vous nous avez donné et pour bien d’autres bienfaits qui se révéleront au fur et à mesure, nous devons vous remercier, vous féliciter, vous faire part de notre reconnaissance : vous nous avez donné du rêve, de la fraternité, du respect !
Vous avez fait trembler bien des arrogances…
Pour tout cela nous vous disons merci!

par Ahmed ghayet

Acteur associatif et culturel

Articles similaires

Jouer est une maladie

Le jeu pathologique fait des ravages au Maroc aujourd’hui , on parle...

Le renseignement à l’épreuve de nouvelles régles de jeu

L’évolution du renseignement tient essentiellement à l’essor des systèmes de communication et...

Le mariage des jeunes filles mineures : Un vol qualifié selon une étude de l’ONDH

Le phénomène du mariage des jeunes filles est incontestablement la chose qui...

Kachkoul ded lberd, écharpes contre le froid

«Écharpes contre le froid», sera la première action de jeunes Casaouis, réunis...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus

Jouer est une maladie