Le mot pour rire : Cris dans la rue et écrits sur les murs

Le mot pour rire : Cris dans la rue et écrits sur les murs

Depuis le temps que vous me lisez, je pense que vous avez compris que je suis pour la liberté d’expression absolue, dans la limite du respect sans équivoque de la dignité et de l’intégrité d’autrui.

Cela dit, je vous avoue que j’ai parfois du mal à accepter certains dépassements de peur qu’ils n’entraînent pas des dérapages qui pourraient aller à l’encontre de cette liberté même.

L’exemple que j’ai envie de vous évoquer, c’est cette vague de scribouillages qu’on voit sur certains murs à Casablanca, avec comme unique slogan : «Akram Ar7al»,  Akram n’étant autre que le président élu de la grande équipe de la métropole: le Wydad.

Et alors ? Me diriez-vous. Où est le problème ? Pour moi, il est simple : qu’on veuille le départ de quelqu’un, je le conçois bien, mais quand ce quelqu’un a été élu dans les règles de l’art démocratique, il faut que ce soient ceux qui l’ont élu qui lui demandent de partir et non une foule excitée ou des tagueurs nocturnes. Tenez! Que feriez-vous, si un jour c’est votre nom qui est sur les murs avec «Dégage !» ?

A demain

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *