Chroniques

Le mot pour rire: … Et la saleté s’en va

© D.R

Depuis l’ouverture du Festival Mawazine et même bien avant, j’ai lu, vu et entendu ça et là beaucoup de mauvaises langues rigoler cyniquement sur le changement brusque de la position de certains responsables du PJD vis-à-vis  de cet événement artistique qu’ils qualifiaient, dans le passé, d’action «diabolique».

Ne cherchez, je vous en prie, aucune ironie dans ce que je vais vous dire, mais je crois sincèrement qu’au lieu de critiquer ces gens-là ou de se moquer d’eux, il faudrait plutôt les applaudir. Ne dit-on pas, n’est-ce pas, que « seuls les imbéciles ne changent pas d’avis» ? Avant, ils étaient contre et le criaient très fort, aujourd’hui ils ne pipent plus mot, et alors ?

Où est le problème ? Maintenant, si vous voulez savoir le pourquoi de cette « volte-face », comme se plaisent à l’appeler certains plaisantins, moi je n’ai pas de réponse à tout, mais, je pense que c’est un peu comme une veste.

Si vous voulez montrer que vous avez changé, il vous suffit parfois juste de la retourner. Quoi ? L’art propre ? Mais, ça n’a rien à voir… N’importe quoi !…
A demain

Articles similaires

Chroniques

Les JO et nos couleurs nationales, oh ! hisse ! on y croit fort !

Nous en voulons davantage, soyons honnêtes, soyons fous, gourmands ! Non, honnêtes,...

Chroniques

Été 2024 : Appel à l’engagement !

La jeunesse ne peut rester spectatrice de sa vie, elle se doit...

Chroniques

Macron et le gouvernement introuvable, enjamber les Jeux !

Les Jeux olympiques ne semblent être qu’un prétexte politique pour justifier la...

Chroniques

Entre une Europe sénile et un Occident moribond, la fin d’un cycle de l’Histoire

L’Europe est aujourd’hui très malade. L’Europe souffre de plusieurs pathologies chroniques. L’Europe...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux