Chroniques

Le rôle accru du renseignement

© D.R

Alors que le renseignement se trouvait profondément confiné à des activités étatiques de sécurité et de défense, le nouveau contexte mondial nous enseigne l’importance pour un Etat de disposer d’une économie forte et dynamique face à une compétitivité internationale de plus en plus accrue.

Des défis majeurs de différentes natures restent à relever dans la plupart des pays. L’on assiste à une crise majeure de la gouvernance, profondément accentuée en raison d’une hausse de tensions internationales et de la survenance d’une série d’événements inattendus.
Pour faire face à ces aléas, il n’y a pas de recette miracle pour un pays pour s’en sortir. Tous les grands chefs d’Etat vous le diront : l’unique moyen pour une nation de se développer et d’être à l’abri de toutes sortes de manigances, c’est de disposer, avant tout, d’un puissant dispositif national de renseignement réactif, prospectif et qui réussit à innover en permanence. Il suffit pour comprendre cela de relever les liens structurant la relation entre le renseignement et le décideur politique, ainsi que l’importance du premier dans la prise de décision, en tant que producteur de savoir stratégique.

Renseignement et Economie
Si au siècle dernier, la plupart des Etats n’assignaient à leurs services de renseignement que des objectifs ne rapportant généralement qu’aux questions liées à la criminalité, au contre-terrorisme et au contre-espionnage, le troisième millénaire bouleverse, en quelque sorte, les politiques de renseignement classiques, en positionnant le renseignement comme une fonction nécessaire à tout type de décision dans des environnements complexes et imprédictibles. Alors que le renseignement se trouvait profondément confiné à des activités étatiques de sécurité et de défense, le nouveau contexte mondial nous enseigne l’importance pour un Etat de disposer d’une économie forte et dynamique face à une compétitivité internationale de plus en plus accrue. Pour réussir ce défi, il suffit pour un pays d’avoir un renseignement à la pointe des dernières tendances et technologies ; ce qui facilite la défense et la préservation de la souveraineté nationale, garantit la sécurité du peuple et contribue à la promotion de l’image de marque du pays. Et cela ne s’arrête pas là car le renseignement peut faire beaucoup plus. Par exemple, il peut concourir au maintien de relations amicales avec les Etats, en mettant ses savoir-faire à leur services. Grâce à un renseignement doté de qualités polyvalentes et d’un esprit d’équipe développé, il est encore plus facile pour les hauts décideurs de former avec les pays influents du monde un réseau de relations basé sur l’interdépendance politique et économique.

Renseignement et Influence
Au-delà de ses soucis de protéger le pays contre ennemis intérieurs et extérieurs, le renseignement doit surmonter les défis d’un monde sans frontières. Il est ainsi appelé à élargir ses attributions vers de nouveaux horizons. C’est le cas par exemple des questions de technologie et de recherche qui nécessitent l’acquisition d’une stratégie convergente dans l’industrie de l’armement, l’informatique et la recherche spatiale. Il est aussi attendu du renseignement de veiller à la promotion d’une sécurité alimentaire saine, en suffisance et de qualité. A cet égard, le renseignement, particulièrement extérieur, peut assurer une contribution importante dans l’intégration du pays dans les principaux réseaux du commerce mondial, en tant que producteur de denrées mondiales et de produits de base ou du moins se procurer des informations stratégiques pour orienter les hauts responsables pour une meilleure conception et mise en œuvre de la politique agricole. Pensons aussi à un renseignement qui soit mis au service du sport de haut niveau.
L’on pourrait commencer peut-être par définir une politique de renseignement spécifique au football surtout que le Maroc a été retenu pour accueillir la Coupe du monde 2030, en partenariat avec ses amis espagnols et portugais. Voilà un projet d’avenir qui pourra prouver que le Royaume n’est pas seulement capable d’assurer la sécurité durant des évènements internationaux de grande envergure, mais surtout d’être un acteur important dans le processus de recrutement des joueurs et des entraîneurs, de développer une connaissance approfondie des rouages de la FIFA, de mener des actions de due diligence quant à l’honorabilité des arbitres internationaux et d’avoir une approche internationale et une vision globale des grands enjeux du futur.

Renseignement et Formation
Le renseignement intérieur et extérieur de l’Etat reste capital en vue de protéger les valeurs et les intérêts du pays. Pour ce faire, il faut envisager des mesures d’accompagnement et mettre l’accent sur la formation des différentes parties impliquées, directement ou indirectement, dans tout le pays. On peut commencer par créer une chaire universitaire consacrée au renseignement, encourager la publication de livres pour que le public comprenne mieux les tâches du renseignement ou encore mettre sur pied un musée national du renseignement comme ce qui est fait dans beaucoup de pays (aux USA par la CIA et la NSA ou encore en Espagne par le CNI). Dans une autre perspective, une question fondamentale se pose, à savoir si le parlement est aujourd’hui en mesure d’apporter une contribution intéressante aux services de renseignement. A vrai dire, en l’absence d’une véritable culture de renseignement, les missions et les compétences des instances parlementaires trouveraient inéluctablement des difficultés à émettre des recommandations pertinentes dans le cadre d’un plan d’action normatif et opérationnel en vue de protéger les intérêts suprêmes de notre pays de toutes éventuelles ingérences étrangères. Des progrès en ce sens devraient être faits pour faire prendre conscience, sensibiliser et former tous les acteurs concernés, actuels et futurs, dans le domaine du renseignement et de la sécurité.

Articles similaires

Chroniques

Macron et le gouvernement introuvable, enjamber les Jeux !

Les Jeux olympiques ne semblent être qu’un prétexte politique pour justifier la...

Chroniques

Entre une Europe sénile et un Occident moribond, la fin d’un cycle de l’Histoire

L’Europe est aujourd’hui très malade. L’Europe souffre de plusieurs pathologies chroniques. L’Europe...

Chroniques

Un été libre sans croyances limitantes !!!

Il y a les croyances limitantes en général et il y a...

Chroniques

Le Maroc à l’ère de la techno-durabilité : Faut-il réinventer son offre touristique ?

Les risques de surtourisme nécessitent une gestion intelligente impliquant les communautés locales...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux