ChroniquesUne

Les lions trahis : Le sacrifice du Maroc dans la guerre d’octobre

© D.R

Sans avertissement ni explication, les chars syriens ont brusquement fait demi-tour, laissant les troupes marocaines sans soutien, totalement exposées. Les appels à un soutien aérien sont restés sans réponse.

La date était le 6 octobre 1973. Le long des frontières fortifiées du plateau du Golan occupé par Israël, les troupes syriennes se déplaçaient discrètement vers des positions d’attaque. Au même moment, les forces égyptiennes traversaient furtivement le canal de Suez sous le couvert de l’obscurité. Les attaques surprises coordonnées lancées le lendemain prendraient Israël par surprise, préparant le terrain pour la guerre monumentale d’octobre entre Israël et la coalition arabe.
Alors que les États de première ligne que sont la Syrie et l’Égypte livraient d’intenses batailles pour libérer les territoires saisis, les soutiens affluaient des autres nations arabes et musulmanes frères. Le Maroc a été le premier à répondre à l’appel aux armes. Seulement deux jours après le début de la guerre, le Roi Hassan II a ordonné la formation immédiate d’une force expéditionnaire d’élite marocaine pour assister la Syrie sur le front précaire du Golan.
Forte de 6.000 à 11.000 hommes, la force expéditionnaire était composée des meilleurs soldats du Maroc, triés sur le volet parmi les unités d’élite de toute l’armée. Il y avait un sens de l’honneur et du devoir alors que les troupes se préparaient à la guerre. «Nous avons senti que c’était notre obligation de soutenir nos frères syriens dans leur heure de besoin», se souvient un officier vétéran. Après un entraînement hâtif dans les hautes terres syriennes, les unités marocaines ont pris position le long de la ligne de front du Golan.

Avancer au combat

Le 11 octobre, la force expéditionnaire marocaine a lancé sa première offensive majeure, prenant d’assaut les positions israéliennes fortifiées au sommet du mont Hermon stratégique. Faisant preuve d’un courage remarquable sous un lourd feu d’artillerie, l’infanterie marocaine a percé les défenses israéliennes dans une série d’assauts frontaux audacieux. Agitant leurs fusils à baïonnette, les troupes ont poussé des cris stridents en chargeant sur les pentes arides.
L’attaque audacieuse a pris les Israéliens par surprise, entraînant la capture du mont Hermon et d’autres positions clés. C’était une victoire étonnante pour la coalition arabe et elle a marqué le premier gain territorial majeur de la guerre d’octobre. Les lions marocains avaient fait leurs preuves sur le terrain impitoyable du Golan. La nouvelle de la victoire a déclenché des vagues de joie à travers la Syrie et le Maroc.

Trahison sous le feu

Dans les jours qui ont suivi, la force expéditionnaire a capitalisé sur son élan, progressant plus profondément à l’intérieur du territoire occupé par Israël. Alors que les Marocains avançaient courageusement, des unités blindées syriennes combattaient à leurs côtés pour consolider les gains. Le 14 octobre, les alliés avaient avancé à moins de 12 miles de Damas. La fin était en vue. La victoire était à portée de main.
Puis les ordres mystérieux sont descendus. Sans avertissement ni explication, les chars syriens ont brusquement fait demi-tour, laissant les troupes marocaines sans soutien ,totalement exposées. Les appels à un soutien aérien sont restés sans réponse. Un ordre sombre a été transmis dans les rangs marocains – battre en retraite, avant qu’il ne soit trop tard. Alors que la force expéditionnaire se retirait dans la confusion, l’armée de l’air israélienne était déjà en route pour frapper.
Ce qui a suivi a été un carnage impitoyable. Vague après vague de jets israéliens, Mirage et Phantom ont pilonné les colonnes marocaines en retraite, transformant le retrait en une déroute infernale. «La mort pleuvait des cieux alors que nous courions pour nos vies», a déclaré un soldat marocain. «Nous étions comme des moutons égarés sans nos frères syriens.» Des centaines ont péri sous les frappes aériennes israéliennes implacables.
Dans le sang et le chaos, les troupes marocaines n’en croyaient pas leurs yeux. Après tous leurs progrès et leur bravoure, pourquoi les Syriens les avaient-ils abandonnés à leur sort ? C’était une question obsédante qui allait résonner au fil des années.

Sacrifiés pour les intérêts de la Syrie ?

Dans les suites, les enquêteurs ont cherché des indices derrière ce revirement inexplicable. Certains ont supposé que la Syrie voulait protéger ses propres troupes, utilisant les Marocains comme pions sacrificiels. D’autres ont évoqué de troubles accords de cessez-le-feu entre la Syrie et Israël.
Des archives déclassifiées révéleraient plus tard que le président syrien Hafez Al-Assad était engagé dans des pourparlers secrets avec Israël au moment même où la victoire était à portée de main. Le 11 octobre, un télégramme secret de Henry Kissinger laissait entendre qu’Al-Assad voulait un cessez-le-feu rapide avant de perdre le patronage soviétique. Les Marocains venaient-ils de devenir des dommages collatéraux dans les manœuvres politiques de la Syrie ?
Quelle que soit la vérité, les résultats ont été dévastateurs. Sur les 6.000 soldats marocains déployés, plus de 170 ont été tués dans les affrontements du Golan. Des centaines d’autres sont rentrés chez eux estropiés et traumatisés. Mais malgré le chagrin et les soupçons, la force expéditionnaire marocaine a été largement saluée en héros à son retour dans la patrie.

Un héritage qui perdure

Bien que la trahison politique ait laissé des cicatrices profondes, les troupes marocaines étaient déterminées à ne pas laisser ternir leur héritage. Contre toute attente, elles avaient arraché la victoire à l’une des armées les plus redoutées du Moyen-Orient. Leur valeur extraordinaire en ces jours d’octobre serait inscrite dans l’histoire arabe.
Aujourd’hui, 50 ans plus tard, le sacrifice marocain résonne encore chez les Syriens. À Damas, un monument témoigne des lions marocains qui ont donné leur vie pour la cause d’un frère arabe. Et à travers la Syrie, le Maroc est affectueusement appelé «Le Pays de l’Altruisme» en reconnaissance de son soutien indéfectible pendant la guerre.
Ainsi, si la pleine vérité derrière le renversement du Golan reste enveloppée d’ombre, le courage des fils du Maroc en 1973 ne fait aucun doute. Leur engagement pour l’unité arabe, quelle que soit la politique, a porté un coup dur à l’invincibilité israélienne. La force expéditionnaire marocaine a inscrit son nom dans les annales de la guerre d’octobre.

Par Adil Faouzi
Étudiant en master d’études médiatiques à Doha Institute for Graduate Studies au Qatar et le fondateur du projet culturel «Murakuc».

Articles similaires

SportsUne

Infantino : « Le Maroc s’est établi comme une puissance mondiale de football »

Le Maroc s’est établi comme une puissance mondiale de football, a assuré...

CultureUne

Festival de Fès de la culture soufie: A Bab El Makina, la magie opère en ouverture de la 16ème édition

La magie était au rendez-vous samedi en nocturne à Bab El Makina...

ActualitéUne

Afrique/Sécurité alimentaire : M.Sadiki appelle à une action collective

Le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et...

SportsUne

Marathon des sables: les Marocains Rachid El Morabity et Aziza El Amrany remportent la 3ème édition   

Les coureurs marocains Rachid El Morabity, chez les hommes, et Aziza El...