Chroniques

Ne votez pas pour moi !

D’ailleurs à ce propos, ce sont les premiers partis du pays, ou si vous préférez les plus grands, qui sont en tête du classement, et c’est un peu normal, même si ce n’est pas tout à fait dans l’ordre attendu.

C’est ce qui a probablement poussé un des dirigeants les plus en vue de la formation gagnante, et qui est connu pour ne pas avoir sa langue dans sa poche, à faire une déclaration plutôt étrange : «je ne suis pas du tout content du résultat de mon parti», a-t-il lancé tout de go aux journalistes venus assister à sa conférence de presse. Et d’expliquer aussitôt qu’il aurait préféré être un peu moins bien classé «afin d’éviter de prendre une si grande responsabilité devant les immenses défis du Maroc d’aujourd‘hui». Avouez que c’est un peu inédit comme réaction.

Et si on la met en parallèle avec celle de ces derniers jours de son alter ego et néanmoins meilleur ennemi qui a dit, lui, qu’il espère que son parti «ne va pas gagner les prochaines élections», on ne va plus rien piger à la logique de nos politiques. Étrange. Il n’y a pas d’autre mot.

A demain

Articles similaires

Chroniques

Relations Maroc-France : Vers l’ouverture d’une nouvelle page ?

Au fond, les deux pays tiennent à la très forte relation d’amitié...

Chroniques

Et si le sport était bien plus que du sport ?

Des stars du foot ont compris à quel point leur charisme et...

Chroniques

Malgré tout, Macron reste silencieux sur le Maghreb

Tant qu’Emmanuel Macron n’a pas indiqué la nature des choix qu’il compte...

Chroniques

Cet irréfléchi besoin de s’immiscer dans la vie des autres

Nous sommes là face à une réalité qui ne souffre aucune argumentation....

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux