Chroniques

Nos jeunes et les discours de haine

© D.R

Les jeunes qui représentent 16% de la population mondiale et qui sont les plus connectés en ligne, sont souvent les premiers à être exposés à la haine en ligne, en tant que cibles, victimes ou spectateurs, et ils ont un rôle essentiel à jouer en tant qu’acteurs d’un changement positif.

Notre jeunesse comme toutes les jeunesses du monde est soumise à un intense matraquage des discours de haine.
Haine qui va de pair avec rejet de l’Autre, racisme, violence… Les réseaux sociaux pullulent de ces propos et ceux qui les propagent savent très bien qui ils ciblent. La jeunesse parce que plus fragile à l’âge où elle se forme et où elle se cherche est ainsi une proie toute désignée.
Dieu merci la jeunesse marocaine parce qu’héritière d’une tradition et de valeurs séculaires résiste à ce rouleau compresseur, il faut aussi ajouter à ce qui consolide sa mentalité, le travail au quotidien, sur le terrain de toutes ces associations qui œuvrent en ce sens. Omar Hilale, représentant permanent du Maroc à l’ONU, s’est exprimé sur ce sujet la semaine dernière à New York à l occasion de la 3è journée internationale de lutte contre le discours de haine sur le thème «Investir dans la capacité des jeunes à lutter et contrer les discours de haine». M. Hilale a indiqué que SM le Roi veille à ce que les jeunes soient protégés contre tout comportement marginal à risque, soulignant que l’implication de la jeunesse marocaine dans la lutte contre des discours de haine et d’extrémisme dans la société s’est avérée très utile dans le combat contre toutes les formes d’exclusion. Lorsque Omar Hilale a précisé qu’à ce jour, le Maroc compte environ 50.000 associations présentes sur tout le territoire national, qui contribuent à protéger la jeunesse marocaine du fléau du discours de haine, j’avoue que je me suis senti très fier que parmi elles des associations constituées uniquement de jeunes soient à la pointe de cette action. À titre personnel j’en connais un nombre remarquable – avec lesquelles j’agis en étroite collaboration – qui par leurs actions de solidarité, de fraternité, par leurs activités au plus proche de la population, par leurs actions de sensibilisation sont le plus sûr rempart contre le fléau de la haine. Permettez-moi de rendre hommage à certaines d’entre elles dont je connais le travail inlassable, qui forment un véritable maillage territorial : Marock’Jeunes, Oxy’Jeunes, Hip-hop Family, KechJeunesse, Diapason, Acti’Fes, Moga’Jeunes, JAMS, Droit de Cité, Moga’Mouja, Mosaïque, Marocains Pluriels et tant d’autres. Par des compétitions sportives, par l’organisation d’évènements culturels, par le dialogue, par le brassage des communautés qui forment notre diversité… elles sont l’antidote par excellence à tout discours de haine.
Elles trouvent par ailleurs aujourd’hui sur le terrain des infrastructures et des ONG qui sont de véritables alliés et soutiens dans leur mobilisation. À titre d’exemples il faut citer Bayt Dakira, l’association Essaouira Mogador, Mémoire d’Avenir, Salam Lekoulam, Dar Souiri… et nombre de festivals qui favorisent le brassage, l’ouverture sur l’Autre, la connaissance d’autrui…
J’avoue par ailleurs -peut-être immodestement- que je me suis senti conforté dans ce choix que j’ai fait au début de mon engagement, à l’adolescence, d’agir contre tout racisme et toute exclusion lorsque Si Hilale a martelé que «les gouvernements, les autorités locales, les dirigeants religieux, commerciaux et communautaires ont le devoir d’investir dans des mesures visant à promouvoir la tolérance, la diversité et l’inclusion, et à lutter contre les discours de haine sous toutes ses formes». Qu’il est réconfortant de savoir que l’on fait œuvre utile et que le chemin choisi est le bon. Les jeunes qui représentent 16% de la population mondiale et qui sont les plus connectés en ligne, sont souvent les premiers à être exposés à la haine en ligne, en tant que cibles, victimes ou spectateurs, et ils ont un rôle essentiel à jouer en tant qu’acteurs d’un changement positif. Cette chronique est un hommage à nos jeunes qui ont compris l’enjeu et l’ampleur de la tâche et qui en font une priorité, avec peu de moyens mais avec une foi qui soulève des montagnes.
Que SM le Roi en fasse l’éloge est le plus beau des soutiens et le signe primordial adressé aux autorités, aux élus, aux organismes… de les soutenir et les aider. Un Roi, une Jeunesse au diapason de la lutte contre la haine !

Articles similaires

Chroniques

Macron et le gouvernement introuvable, enjamber les Jeux !

Les Jeux olympiques ne semblent être qu’un prétexte politique pour justifier la...

Chroniques

Entre une Europe sénile et un Occident moribond, la fin d’un cycle de l’Histoire

L’Europe est aujourd’hui très malade. L’Europe souffre de plusieurs pathologies chroniques. L’Europe...

Chroniques

Un été libre sans croyances limitantes !!!

Il y a les croyances limitantes en général et il y a...

Chroniques

Le Maroc à l’ère de la techno-durabilité : Faut-il réinventer son offre touristique ?

Les risques de surtourisme nécessitent une gestion intelligente impliquant les communautés locales...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux