Nouveau modèle, nouveau pacte, nouvelles compétences !

Nouveau modèle, nouveau pacte, nouvelles compétences !

Le rapport du Nouveau modèle de développement vient d’être présenté à Sa Majesté le Roi, il est la somme d’apports des différents membres, de réflexions, de rencontres, d’auditions, de débats…
Pour ma part je garde le souvenir d’un Café Politis que nous avions consacré à ce sujet avec de nombreux jeunes et Adnane Addioui, membre de la Commission, jeune, brillant et bouillonnant d’idées novatrices.

Je voudrais citer ici, en introduction, le passage qui pour moi en renferme la clé :
«…L’inclusion de tous, dans la dignité, est primordiale pour promouvoir un vivre-ensemble harmonieux et apaisé, renforçant le lien social et offrant des opportunités de participation à chaque citoyen. Un Maroc inclusif requiert en priorité: i) d’accroître de manière volontariste et délibérée l’autonomisation et la participation des femmes; ii) de favoriser l’inclusion et l’épanouissement des jeunes, en particulier les 4,5 millions de jeunes aujourd’hui inactifs, à travers la participation civique, culturelle et sportive et l’insertion professionnelle; iii) d’assurer un socle de protection sociale qui renforce la résilience et l’inclusion des plus vulnérables et matérialise la solidarité entre citoyens selon des principes de contributions équitables et iv) de mobiliser la diversité culturelle comme levier d’ouverture, de dialogue et de cohésion sociale…»
Je pense en effet que 2 préconisations sont des préalables à la réussite de ce nouveau modèle : «le Maroc des compétences» et «le Maroc inclusif» !
Ce rapport donc est une véritable feuille de route qui doit nous mener au Maroc de 2035, il est ambitieux, riche et recèle de véritables remèdes aux maux dont souffre notre pays… cependant le plus dur reste à faire: tout d’abord descendre sur le terrain, pour aller le populariser, l’expliquer, nombre de nos concitoyens et tout spécialement les jeunes, n’en ont qu’une très vague idée.
Puis bien évidemment le mettre en pratique, concrètement, au quotidien, à la hauteur des citoyens.

Ce Nouveau modèle de développement accompagnera les générations actuelles jusqu’à leur âge adulte : il faut bien prendre en compte qu’un jeune de 20 ans aujourd’hui en aura 35 au terme de cet immense chantier.
C’est donc avec, par et pour les jeunes que ce nouveau pacte national qu’il nous faut bâtir, doit être mis en place : les jeunes et les femmes, les forces vives de la Nation doivent en être les artisans et non pas les spectateurs ou les consommateurs.
Ces catégories de notre population doivent s’approprier ce nouveau concept, le faire leur, c’est la condition de son succès.
Attention au risque de le voir confisqué par une administration castratrice ou des politiques soucieux que rien ne change.
Déjà il est prévisible que nombre de partis politiques iront puiser dans ce Rapport, pour élaborer leurs programmes électoraux : ça peut être un danger si cela n’est que «cosmétique», cela peut pourtant être un atout si ces partis sont sincères et veulent réellement son application.
À nous d’y veiller, aux électeurs d’exercer leur esprit critique et d’aller voter.

Pour en revenir à mon propos initial: «Qui pour conduire et conclure ce nouveau pacte national ?». Il me semble évident qu’il ne nous faut pas refaire les erreurs passées. De grâce, pas de grands colloques dans des hôtels somptueux pour traiter du «Nouveau modèle de développement» avec emphase, mais uniquement du terrain, encore du terrain, toujours du terrain.
Que nos intellos, nos élus, nos politiques, nos influenceurs aillent dans les quartiers, les maisons de jeunes, les terrains de foot, les associations de terrain, les associations de femmes. Que nos chaînes de télévision, les radios organisent des émissions spéciales en darija… bref que ce Nouveau modèle de développement soit compréhensible et accessible au plus grand nombre.
D’ores et déjà je propose que l’été soit mis à profit pour cette explication grandeur nature : en 3 mois faisons en sorte que les enjeux du nouveau pacte national soient compris du plus grand nombre… Ne perdons pas de temps.

Une dernière chose : faisons appel à de nouvelles compétences, de nouveaux profils, de nouveaux visages: ils sont innombrables…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *