Point de vue : «Le Maroc d’après»

Point de vue : «Le Maroc d’après»

Nous appelions de nos vœux un nouveau modèle de développement, notre Roi lui-même, le premier, avait demandé à faire preuve d’esprit novateur, d’audace, une Commission spéciale avait même été mise en place. Et voilà qu’un fléau -une pandémie- en même temps qu’elle transporte mort et frayeur vient tout chambouler.


Oh bien sûr profiteurs, irresponsables, vautours et autres inconscients sont aux aguets mais avouons-le, notre société, nos leaders réagissent de façon extraordinaire.
«Premier de cordée» notre Roi : dans ces circonstances exceptionnelles et dramatiques le leadership de notre Roi, sa vision et son attachement pour son peuple éclatent au grand jour.
Très vite SM le Roi a pris la mesure du danger et a été proactif et au front :

– Fonds de solidarité mis en place et amorcé par le Roi lui-même
– Rapatriement de nos compatriotes confinés en Chine
– Achat du stock de chloroquine du Laboratoire Sanofi au Maroc
– Décision de confinement
– Mobilisation des forces de l’ordre, des gendarmes, de l’armée
– Décision d’adoption du protocole de soin par la chloroquine, très rapide
– Aide financière à tous les journaliers, les travailleurs de l’informel ayant sombré dans le dénuement suite au confinement…

Les actions de solidarité se multiplient à travers tout le Royaume, les associations de terrain sont présentes et actives, les ONG sont mobilisées et plus que tout, les citoyens qui le peuvent se décarcassent pour aider ceux qui se retrouvent dans la précarité. En quelques semaines, tout ce que nous ne cessions de décrier et qui était pour tous les Marocains une priorité, est «révolutionné» de fond en comble : la santé, l’enseignement, l’administration… tout ce qui nous paraissait devoir «mettre des siècles» à bouger s’est accéléré. L’enseignement à distance se révèle très performant, les infrastructures de santé sont mises à jour, notre administration devient performant… et si ce nouveau modèle de développement était en train de naître de nos mains et sous nos yeux ?!

Nos soignants sont à la pointe du combat, dévoués, efficaces, précieux, nous leur sommes redevables ! Soyons reconnaissants aussi à toutes celles et tous ceux qui font que notre vie continue : les caissières, les pharmaciens, les éboueurs, les épiciers et à tous ceux qui veillent à la bonne marche de l’Etat : les walis, les gouverneurs, les moqqadems, les caïds… les agents d’autorité…
N’est ce pas dans les grandes épreuves que se révèlent les caractères, qu’émergent les «vrais» ?

Nos pompiers, nos policiers, nos soldats font preuve de beaucoup d’abnégation car avouons-le aussi, nombre d’entre nous ne sont hélas pas des modèles de civisme et c’est là qu’apparaît dans toute sa cruauté à quel point nous n’avons pas su transmettre instruction, éducation, valeurs qui devront être une priorité pour le jour d’après.
Tous ceux qui sont au front… il ne faudra pas l’oublier dans le «Maroc d’après», rien ne devra plus être comme avant !
Dans cette tragédie nous tenons l’opportunité d’une transformation profonde de notre société, même si -comme toujours après la guerre- les opportunistes et ceux qui veulent que rien ne change seront au taquet.
Je voudrais –c’est mon combat de toujours- mettre l’accent sur 2 domaines essentiels et qui doivent nous servir de fil conducteur pour «après» : nos jeunes ! Ils sont exemplaires et une Tribune toute entière ne me suffirait pas pour rendre hommage à leurs actions, leurs gestes.

Qui osera à nouveau leur opposer mépris et les maintenir dans l’exclusion sera définitivement hors le sens de l’avenir !!!
Secundo le vivre-ensemble ! Quand les générations se retrouvent, quand on se rend enfin compte que la Femme est autant -sinon plus- aux avant postes que l’Homme, quand les représentants des trois religions monothéistes s’unissent pour redonner son sens à la spiritualité…alors oui le Maroc montre ce dont il est capable et se révèle le digne héritier de son Histoire.
Une ombre au tableau, mais qui là aussi devra inciter à une profonde refonte : nos partis politiques qui alors que leur rôle est bel et bien l’encadrement de la population sont à part quelques uns- aux abonnés absents. L’heure n’est pas aux polémiques, elle est à la mobilisation – totale et solidaire, le Maroc d’après est en train de naître de nos mains et sous nos yeux, en direct !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *