Chroniques

Post-scriptum : Musique !

Rabat a vécu pendant dix jours aux sons des rythmes du monde, ce sera dans quelques jours le tour de Fès de vibrer sur les notes sacrées, puis Essaouira entrera dans la danse. Casablanca quant à elle, fêtera comme chaque année la Fête de la musique, le 21 juin…
La musique s’invite dans nos villes, dans nos rues, dans nos quartiers, pour le bonheur de tous… ou presque…
Il y a pourtant un réel décalage entre cette période faste pour les artistes, et le quotidien douloureux de nos jeunes talents. Quant à l’occasion de ces festivals fleurissent –et c’est tant mieux– de superbes scènes aux éclairages et sonos très pros, il n’en demeure pas moins vrai que le reste de l’année, nombre de nos artistes « galèrent »mais surtout que les jeunes musiciens, chanteurs, danseurs de nos quartiers ne trouvent pas la moindre salle où répéter, pas le moindre studio où s’entraîner et très peu d’espaces où se produire.
L’un des premiers, le Conseil régional du tourisme (CRT) de Casablanca a compris –c’était en juin 2003– qu’il fallait donner leur chance aux jeunes talents inconnus et leur permettre de se produire sur scène, cette année à nouveau quelque 30 groupes vont se produire en première partie de la Fête de la musique. A Rabat, c’est Mawâzine qui a donné naissance à «Génération Mawâzine» et formidable clin d’œil, cette année, SM le Roi a accordé un don aux jeunes vainqueurs de l’an dernier: Hakmin, Mayara Fusion, Stunt Boys..le message est on ne peut plus clair !
L’Boulevard innove quant à lui cette année pour son 10ème anniversaire et Momo et Hicham ont choisi, avec intelligence, de faire bouger leur «tremplin».
Toutes ces initiatives sont les bienvenues et quelque part «la Fête de la musique», «L’Boulevard» et «Génération Mawâzine» font figure de pionniers.
«Hit Radio» a depuis, ouvert grandes les vannes de la notoriété à tous ces jeunes artistes en leur offrant une antenne… mais tout cela ne peut suffire à combler l’évident déficit en matière d’infrastructures locales qui favoriseraient encore plus l’émergence de nouveaux talents.
Je voudrais profiter de cette chronique pour vous citer quelques noms dont vous n’avez encore jamais entendu parler, tels que «Drouba Voices» composé de 3 jeunes de Bachkou, au look et aux voix puissantes, ou encore «Point Final», un groupe de jeunes rappeurs de Sidi Moumen ou enfin «Tigresses Flow» les filles casablancaises, bourrées de talent, qui viennent de remporter la cuvée 2008 de Génération Mawâzine.
Vous les verrez sur scène à l’occasion de la Fête de la musique et je suis persuadé que tout comme «Dayma Style» ou «Mayara Fusion» révélés par le CRT de Casa l’année dernière, ils viendront eux aussi enrichir la nouvelle scène marocaine.

Articles similaires

Chroniques

Malgré tout, Macron reste silencieux sur le Maghreb

Tant qu’Emmanuel Macron n’a pas indiqué la nature des choix qu’il compte...

Chroniques

Cet irréfléchi besoin de s’immiscer dans la vie des autres

Nous sommes là face à une réalité qui ne souffre aucune argumentation....

Chroniques

La déception, l’ennemie jurée de l’espoir !

Une vie passée à craindre et épier une issue dont personne ne...

Chroniques

La double contrainte de la guerre de Gaza

Les différences de positions actuelles peuvent sembler importantes, mais la pression exercée...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux