970x250

Pouvoir se dire «Je suis utile à mon pays»… tout simplement !

Pouvoir se dire «Je suis utile à mon pays»… tout simplement !

Mercredi dernier nous célébrions le 10ème anniversaire du Ftour Pluriel dont j’ai le bonheur – avec un groupe de jeunes Marocains Pluriels – d’être initiateur. En dix années le Ftour Pluriel a beaucoup évolué, il s’est enrichi, a pris de l’ampleur et a donné naissance à un véritable phénomène puisque, aujourd’hui, tant au Maroc qu’à l’étranger, nombreux sont ceux qui ont suivi l’exemple et initié des Ftours dans le même esprit, dans de nombreuses villes.

Cette 10ème édition était particulière à bien des égards :
– Tout d’abord car, pour cause de pandémie, nous n’avons pu nous retrouver qu’en distanciel durant ces 2 dernières années. Bien sûr cela a permis de maintenir le lien, mais nous rassembler physiquement autour d’une même table nous a beaucoup manqué.
– Ensuite, car la dynamique de la renaissance et de la refondation des liens entre compatriotes musulmans et juifs – dans la proximité et le respect mutuel – se sont affirmées et affermies, et que notre Ftour Pluriel en constitue la pierre fondatrice.
En présence de Monsieur André Azoulay – conseiller de SM le Roi, dont le soutien et la participation ne se sont jamais démentis au cours de ces 10 années – juifs, musulmans et chrétiens se sont retrouvés en ce lieu exceptionnel, le SOC, devenu un véritable marqueur identitaire, les Marocains Pluriels comme à l’accoutumée étaient présents par la jeunesse, vecteur de notre parcours mémoriel, et Salam Lekoulam -dont le nom est le symbole même de notre identité gravé au fronton de Bayt Dakira – association qui veut donner du sens et du concret à notre Tamaghrabit, avait rejoint l’organisation de ce Ftour Pluriel, dont la renommée a dépassé nos frontières…

Cette dixième édition outre ce moment de diversité réunie et assumée, cet instant de spiritualité et de partage merveilleusement décrits par André Azoulay en une phrase : «Le Maroc a le talent de faire de sa diversité le moteur de sa modernité», revêtait une autre dimension. Après la reconnaissance de nos Provinces du Sud par les USA, après les retrouvailles avec nos compatriotes d’Israël, après notre «réconciliation» avec l’Espagne nous avons effectivement choisi de donner la parole aux diplomates et grand bien nous en a pris, ils ont tenu des propos absolument dithyrambiques et très justes sur notre pays, c’est aussi cela notre objectif : rapprocher, unir, faire converger… Cela s’appelle être utile à son pays !
Et oui, il s’avère qu’un événement -aussi modeste soit-il – peut revêtir une importance et un rôle que l’on ne soupçonne pas, cela est le cas du Ftour Pluriel, les échos venus par la suite le montrent : les retombées de notre modeste initiative sont bien plus importantes que nous n’osions l’espérer !

Hamdoulillah. Pourquoi toujours tout attendre de l’Etat, pourquoi ne pas prendre l’initiative, nous autres militants associatifs, bénévoles, femmes et hommes de bonne volonté… ?!
Oui nous pouvons être des ambassadeurs de notre pays, des vecteurs de sa renommée, des acteurs de son rayonnement, alors merci à tous ces jeunes du Rez’o, ces jeunes venus de loin d’Oujda, de Marrakech, d’Essaouira… d’avoir montré le dynamisme de notre pays – ni nihilistes, ni désintéressés de la réussite de leur pays – merci aux artistes, aux journalistes, aux figures emblématiques de la société et bien sûr aux diplomates, qui ont dégagé une soirée de leur emploi du temps chargé pour venir dire des choses hyper positives sur notre pays et notre Roi, et partager ce moment si particulièrement marocain. Bien sûr des esprits étriqués y trouveront -comme toujours – matière à dénigrement, mais les milliers de vues sur nos vidéos, postées sur les réseaux sociaux, les centaines de messages reçus, les encouragements, les félicitations, la présence de Cherifa Lalla Chahnaz, de M. André Azoulay, montrent que l’impact est immense et c’est là que réside la plus belle des reconnaissances que nous puissions espérer, qui récompensent de tous les efforts, de tous les obstacles.
Car je vous le dis sincèrement, les yeux dans les yeux, il faut une foi, une énergie et une conviction d’agir pour le bien, chevillés au corps pour réussir une telle initiative !
Il ne saurait s’agir d’une posture mais bel et bien d’un engagement sans faille !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.