Chroniques

Quand le virtuel remplace le réel

On pleure les malheurs intangibles des autres. On compatit à la souffrance d’une amie qui a perdu un copain, sur le Net, mais qu’elle n’a jamais vu, jamais rencontré, mais dont elle a liké les 2.000 photos postées.

Sans nul doute c’est un monde étrange dans lequel nous sommes plongés aujourd’hui, pieds et mains joints. Nous sommes, tous, autant que nous sommes, fixés comme des automates, comme des forcenés, chacun derrière un clavier (ordi, tablette, smartphone) et on tapote. On écrit. On rit. On pleure. On complote. On manigance. On ment. On raconte des bobards sur tout. Surtout sur les autres qu’on ne connaît pas. On se la raconte. Et on y croit. On croit même vivre. Mais on ne vit pas. On ne fait même pas semblant, puisque nous sommes mentalement et physiquement happés par des engins qui nous ôtent les derniers relents de notre mince liberté. On végète. En famille, on est sur Facebook, Instagram, WhatsApp, Twitter et d’autres trouvailles de l’ère ultra technologique. Dans un resto, sur la terrasse d’un café, en classe, au boulot, seul, dans les toilettes, l’écran est là. On dort un coup, puis on se lève, on like un truc, on laisse un mot et on roupille encore un coup avant que la puce ne nous pique pour un énième réveil juste pour obéir à l’appel de l’écran qui nous happe, nous bouffe, nous rend pires que des automates. Regardez autour de vous, là où vous êtes en ce moment, et vous allez vous rendre compte que les gens ne vivent plus, en vrai. Mais par des écrans interposés.
Une amie médecin vient me voir et me raconte, bouleversée, cette histoire qui en dit long sur notre situation aujourd’hui. «Dans le tramway l’autre matin, une jeune femme enceinte. Elle a un malaise. Elle risque de tomber en syncope. Elle étouffe. Personne ne s’en est rendu compte. Tout le monde était, écouteurs aux oreilles, bruit à fond, dans un autre monde. Et à côté, une femme et son bébé dans le ventre étaient en danger».

Un autre ami psychiatre me fait part aussi de cette anecdote : L’autre jour, j’ai entendu une fille dans un café parler de plus de 10.000 amis qu’elle a sur les réseaux sociaux. Elle connaît tout ou presque de leurs vies. Elle sait avec qui ils sortent, avec qui ils entrent, ce qu’ils aiment manger, comment ils s’habillent, leurs couleurs préférées, leurs clubs de sport adulés, leurs états d’âme, quand ils vont bien, quand ils accusent le coup…». Bref rien ne lui échappe sur ce qui fait l’existence des 10.000 amis qu’elle possède. Et puis les dix mille, eux aussi, connaissent bien sa vie puisqu’elle ne rate aucune occasion pour la leur étaler dans les moindres détails. Véridique. Vérifiée. Aucun doute ni aucune ombre là-dessus.

Il s’agit là de personnes qui n’existent que derrière un écran, par clavier interposé. Mais dans la réalité des jours, au quotidien, cette fille ne connaît presque personne. Même au sein de sa famille, il y a un canyon entre elle et les siens, qui, de leur côté, ont leurs amis sur le Net. Sinon, une copine par-ci, un pote par-là, mais rien de profond, ni de conséquent. Tout se passe de façon virtuelle. On pleure les malheurs intangibles des autres. On compatit à la souffrance d’une amie qui a perdu un copain, sur le Net, mais qu’elle n’a jamais vu, jamais rencontré, mais dont elle a liké les 2.000 photos postées. On se prend de compassion pour une autre qui a découvert que celui qu’elle aimait (sur le Net) en aimait une autre (sur le Net) et ne le lui avait pas dit (sur le Net). Puis les gens se fâchent beaucoup sur le Net. Les réseaux sociaux sont aussi un immense terrain miné entre les uns et les autres. Les gens se détestent, se bloquent, se dénoncent les uns les autres. On est encore plus susceptibles quand dans la vraie vie. Tu ne likes pas mes trucs, je te hais. Tu ne me commentes pas, je te retire de ma liste d’amis. Sans parler de ceux qui achètent les « j’aime »! Je vous dis que le monde a foutu le camp dans les chiottes et on a, depuis belle lurette, tiré la chasse.

C’est en somme à cela que ressemble la vie de cette jeune fille de 20 ans qui a toute l’existence devant elle, mais qui n’a encore pris aucun réel contact avec la vraie vie.Elle tourne sur une Toile, comme dans une braderie de noms, elle tourne en rond dans un circuit immense où elle se perd chaque jour davantage.

Au final, peut-être va-t-elle se réveiller et découvrir le monde, le vrai, celui des os et de la chair, d’une bonne poignée franche de main et des coups palpables qui nous apprennent l’essence de notre passage sur Terre. Parce que dans la vraie vie, on se frotte aux gens, on les touche, ils nous touchent, on les sent, ils ont un réel impact sur nos existences.

Articles similaires

Chroniques

Et si le sport était bien plus que du sport ?

Des stars du foot ont compris à quel point leur charisme et...

Chroniques

Malgré tout, Macron reste silencieux sur le Maghreb

Tant qu’Emmanuel Macron n’a pas indiqué la nature des choix qu’il compte...

Chroniques

Cet irréfléchi besoin de s’immiscer dans la vie des autres

Nous sommes là face à une réalité qui ne souffre aucune argumentation....

Chroniques

La déception, l’ennemie jurée de l’espoir !

Une vie passée à craindre et épier une issue dont personne ne...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus