Quand on monte à l’arbre, il faut avoir le postérieur propre

Quand on monte à l’arbre, il faut avoir le postérieur propre

Ils chassent en meute, ils savent que la quantité cachera la faiblesse de la qualité des arguments.

Ils se dressent en parangons de la déontologie, alors qu’en fait ils sont les champions des coups bas. Ils veulent se faire passer pour des «droits-de-l’hommistes», ne vous y trompez pas, ils méprisent les peuples dont ils se voudraient les hérauts. Ils se proclament blancs chevaliers, ils sont noirs de leur haine, de leur jalousie, de leur rancoeur. Ils répètent à l’envi leur indépendance, ils sont tous liés à des agendas secrets, des combinaisons d’alcôve, des commanditaires louches… Faut il les nommer ? En ces temps de tentative de déstabilisation de notre pays, chacun d’entre nous -et d’entre eux- aura compris de qui il s’agit ! Une nouvelle preuve de leur supercherie (dixit Maître Olivier Baratelli), vient d’être révélée au grand public : le délai de 10 jours donné à Amnesty et à Forbiden Stories pour apporter la preuve des accusations portées à notre encontre et ???? Walou, rien, nada, que dalle… les mots ne manquent pas pour attester de leur déroute.

Quelle honte, quelle retraite en rase campagne : ainsi pendant 2 semaines pour ces ONG et leurs porte-plume -qui se revendiquent indûment du titre de journalistes- chaque jour a vu son lot d’injures s’abattre sur notre pays : dictature, pays voyou, espion… j’en passe et des pires, tout cela pour au bout du compte être contraints d’avouer qu’ils ne possédaient pas la plus petite preuve de ce qu’ils avançaient! En fait comment cela s’appelle-t-il en bon français : une forfaiture ! Quelle déchéance pour un journal tel que Le Monde, qui de référence est passé à feuille de chou: ni lui, ni Médiapart, ni L’Humanité (qui porte si mal son nom), ni Marianne n’ont eu la décence et l’honneur de publier les déclarations de Maître Baratelli annonçant que le délai était révolu et que dorénavant il revenait à la justice de se prononcer.

Aucun n’a eu ce sursaut d’honneur : ainsi pendant des jours, à longueur de reportages, à grand renfort de tweets, tous ces redresseurs de torts nous ont accusés, insultés, injuriés, traînés dans la boue… pour au bout du compte se faire porter pâles au moment de la reddition des comptes !!!! Cela pourrait être risible si cela n’était à ce point humiliant… pour eux. Où sont les voyous ? Où sont les dictateurs ? Où sont les espions ? Leur objectif était clair, déstabiliser le Maroc : en attaquant notre Roi -car bien sûr ces nouveaux Ayatollahs savent mieux que les Marocains quel est le régime qui leur convient- et en cherchant à décrédibiliser nos services de sécurité, à qui eux et nous sommes redevables. Leur échec est patent, qu’ils l’admettent, c’est leur seule voie de sortie ! Mais cela ils ne le feront pas car ce serait trop lourd de conséquences pour eux, pour leurs structures, pour leurs commanditaires…

Alors, quant à nous, il nous faut apprendre de cette épreuve, en tirer toutes les leçons et la première de toutes est bien que notre Unité a été un atout majeur dans cette traversée de turbulences ! Ils n’ont pas trouvé un seul coin à enfoncer en notre sein, la preuve est faite de notre résistance, de notre force de résilience, de notre cohésion séculaire… bien sûr ils n’abandonneront pas de sitôt leurs tentatives -et leur tentationde déstabilisation de notre Nation mais ils nous trouveront toujours debout sur un sol digne, eux qui vivent dans la fange !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *