Chroniques

Qui a peur du vide ?

Ils sont entre le marteau et l’enclume, y compris ceux qui ont cru longtemps à ce symbole magnifique et ô combien graphique du marteau et la faucille.

D’un côté, ils ont un patronat de plus en plus moderne, certes, mais aussi de plus en plus pingre, avec son partenaire le gouvernement d’aujourd’hui et de toujours, et de l’autre côté, les soi-disant défenseurs de leurs droits acquis et à venir, j’ai nommé les syndicats versatiles et leurs vénérables dirigeants inamovibles.

Et en parlant de syndicats – vous me voyez venir – ils ont décidé, pour la première fois de leur histoire, de faire la grève du défilé du 1er mai. Je ne sais pas ce que vous en avez pensé, vous, mais moi, personnellement, ça ne m’a pas gêné du tout.

Pourtant, à propos de droits, j’en ai pas mal à faire valoir, mais contrairement à mes amis syndiqués, moi, je sais à qui m’adresser. Plus sérieusement, je pense que cette non-action est ni plus ni moins qu’une fuite en avant vers… le vide.

A demain
 

Articles similaires

Chroniques

Malgré tout, Macron reste silencieux sur le Maghreb

Tant qu’Emmanuel Macron n’a pas indiqué la nature des choix qu’il compte...

Chroniques

Cet irréfléchi besoin de s’immiscer dans la vie des autres

Nous sommes là face à une réalité qui ne souffre aucune argumentation....

Chroniques

La déception, l’ennemie jurée de l’espoir !

Une vie passée à craindre et épier une issue dont personne ne...

Chroniques

La double contrainte de la guerre de Gaza

Les différences de positions actuelles peuvent sembler importantes, mais la pression exercée...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux