10ème édition du Festival international du film de Dakhla : Hommage à Mouna Fettou

10ème édition du Festival international du film de Dakhla : Hommage à Mouna Fettou

Elle connaîtra la participation de 16 pays et la présentation de plus de 35 films

Après avoir été annulé l’année précédente à cause de la pandémie de Covid-19, le Festival international du film de Dakhla est de retour cette année avec une 10ème édition plus prometteuse, du 8 au 12 décembre 2021. Selon l’Association d’animation culturelle et artistique des provinces du Sud, cette manifestation cinématographique mettra à l’honneur deux figures de la scène cinématographique. Il s’agit de l’actrice et comédienne Mouna Fettou et du réalisateur et producteur Jérôme Cohen-Olivar. De plus, il sera marqué par la participation de plus de 35 films issus de 16 pays. «Ces films sont issus de Côte d’Ivoire, du Nigeria, du Ghana, d’Egypte, du Cameroun, du Burkina Faso et du Maroc qui concourront pour remporter le Grand Prix Dakhla», indique-t-on. En effet, sept films sont en lice pour la compétition officielle du long métrage.

Il s’agit, selon la même source, des films «La Nuit des Rois» de Philippe Lacôte (Côte d’Ivoire), «Juju Stories» d’Abba T Makama et C J «Fiery» Obasi et Michael Omonua (Nigeria), «Amansa Tiafi» de Kofi Ofosu- Yeboah (Ghana), «Breakable» d’Ahmed Rashwan (Egypte), «Bendskins» de Narcisse Wandji (Cameroun), «Annatto» de Fatima Ali Boubakdi (Maroc), «La traversée » d’Irene Tassembedo (Burkina Faso). Ces oeuvres cinématographiques seront évaluées par un jury professionnel.

D’ailleurs, il sera présidé par le réalisateur et producteur sénégalais Moussa Touré. Ce cinéaste n’est plus à présenter. Il a réalisé une dizaine de films, tous genres confondus, dont un documentaire «5 x 5» en 2005 sur le quotidien d’une famille sénégalaise à la maison, et «Nosaltres» sur deux communautés africaines qui s’ignorent. En 2002, il initie le Festival «Moussa invite» à Rufisque au Sénégal. Ce festival fait la promotion de documentaires africains réalisés par des Africains.

En 2011, le Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou lui confie la présidence du jury des films documentaires. On y trouve également les actrices Tela Kpomahou (Bénin), Mai Omar (Egypte), et les réalisateurs Fila David Pierre (Congo) et Mohamed Ahed Bensouda (Maroc). Au programme également de cette messe cinématographique figurent la projection de courts-métrages et de documentaires ainsi que l’organisation d’ateliers de formation dans de nombreuses disciplines cinématographiques et la tenue d’un symposium sur le cinéma et la littérature.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *