Culture

A l’approche de la 24ème édition: La programmation du Festival Gnaoua et Musiques du Monde sème l’enthousiasme

© D.R

Evénement
A quelques semaines de son lancement, le 24ème Festival Gnaoua et Musiques du Monde, qui se tiendra du 22 au 24 juin à Essaouira, sème l’enthousiasme. Sa programmation qu’il met davantage en avant fera vibrer plus d’un.


Ce sont le Reggae, les Tambours du Burundi tous inscrits au patrimoine culturel et immatériel de l’Unesco, ou encore le Qawwali, inscrit comme patrimoine national du Pakistan qui seront fusionnés le temps de cette 24ème édition au Festival Gnaoua et Musiques du Monde. Un événement grandiose qui met en avant sa programmation époustouflante.

Authenticité, audace, transmission…
Tels sont les maîtres mots de cette édition. «Le festival fait le choix d’une programmation éclectique et pointue qui porte en elle des histoires riches, des expressions culturelles authentiques et profondes pour les communautés qui les ont préservées et valorisées», révèle le festival fidèle à sa philosophie originelle. Une manifestation qui a «toujours été un laboratoire musical et un espace de rencontre de tous les possibles». «Un espace où le dialogue intergénérationnel ne s’est jamais interrompu et où les porteurs des traditions les plus séculaires accompagnent une nouvelle génération qui reprend le flambeau et perpétue avec talent et conviction ce patrimoine vivant, sans pour autant se départir de sa fougue, de son audace et de sa créativité », détaille cette manifestation présidée par Neila Tazi. Selon la même source, maîtres et disciples se sont souvent retrouvés, et «se sont passés le flambeau sur les scènes du festival. Cette 24e édition ne déroge pas à la règle».

Des noms phares au festival
L’événement révélera davantage «la rigueur ascétique d’un Maâlem Abdelkebir Merchane et le cran du jeune Maâlem Khalid Sansi qui jongle entre pure tradition gnaouie, fusion et danse contemporaine, en passant par Ky-Mani Marley, digne héritier de son père, qui fusionne le reggae, le r’n’b et le rap/hip-hop». Aussi, le public savourera les éminentes performances du «monument vivant qu’est Eliades Ochoa, le plus grand des soneros cubains, et remarquable défenseur de la musique traditionnelle à El Comité, le groupe le plus bouillonnant de la scène afro-cubaine, le festival opte pour une mixité des plus dynamiques entre tradition, expérimentation et innovation créative».

En tout, cette 24ème édition c’est 3 jours de festivités dans 9 lieux, outre 1e parade d’ouverture, 3 résidences artistiques, 4 concerts fusion, 1 Forum des droits de l’Homme du Festival « Identités et appartenances», 1e exposition «L’éveil de la mémoire», 1e rencontre-débat avec les artistes « Arbre à Palabres», des ateliers et le projet «Ouled Bambra» en plus d’un programme Off dans la ville. Pour rappel, le festival est marqué par des concerts en plein air sur la Scène Moulay Hassan, Scène de la plage et Borj Bab Marrakech, ainsi que des concerts intimistes (Lilas) à Dar Souiri, Bayt Dakira, et Zaouia Issaoua. Le Forum des droits de l’Homme du festival se tient, lui, à l’Hôtel Atlas Essaouira & Spa. La rencontre «Arbre à Palabres» étant organisée à l’Institut français. Quant au projet Ouled Bambra, il est prévu à la Médiathèque Bab Marrakech. A retenir.

Articles similaires

Culture

«Festival des Plages» annonce son grand retour

Balqees, Aminux, Douzi, Najat Atabou… à l’affiche de la 20ème édition

Culture

Prévu du 25 au 28 juillet / Festival Twiza à Tanger : Une riche programmation prévue à la 18ème édition

La Fondation du Festival méditerranéen de la culture amazighe de Tanger organise,...

Culture

Archéologie : Une première carte nationale vient d’être lancée

Conçue pour une meilleure gestion des monuments

Culture

Festival Al Kasbah de l’art du Melhoun à Marrakech

La 2ème édition du Festival Al Kasbah de l’art du Melhoun aura...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux