Culture

Abidat R’ma, conflit entre les anciens et les jeunes

Abidat R’ma comprend deux mots. Le premier est un diminutif du terme esclave et le second désigne littéralement des archers. L’ensemble de la construction signifie les petits esclaves des archers. Ces derniers ne faisaient pas la guerre, mais partaient à la chasse, armés d’arcs et de lances.
Les Abidat R’ma étaient donc à l’origine des rabatteurs qui organisaient des battues pour faire sortir le gibier. Leurs cris se sont peu à peu transformés en chants rythmés, et ils en ont fait une prestation artistique qui se perpétue de génération en génération. Les différents moqadems des groupes insistent sur l’aspect ancestral de cette musique. « Elle nous vient de nos aïeux. Les paroles se transmettent oralement.
Elles louent le courage de certaines personnes pendant le protectorat et abordent des faits de société » dit Mohammed El Amrani, chef des Smaâla. Ce dernier accuse les jeunes de dénaturer le chant et les rythmes en les adaptant aux fêtes de mariage et aux soirées de divertissement. « Je crains que le chant et la musique des Abidat R’ma ne se déforment complètement de leur origine. Les jeunes ont le droit de les faire évoluer, mais ils ont besoin d’apprendre avec les anciens ». Nourredine Boukhlidi, un jeune chef du groupe Al Alma, insiste en effet sur la nécessité d’adapter cette musique à l’évolution de la vie sociale. Il signale que nombre des jeunes Abidat R’ma sont étudiants, ou petits employés, et que les spectacles qu’ils donnent sont une source de revenus non négligeable pour eux. Ils sont ainsi obligés de répondre au goût du public qui réclame des chansons rythmées et des acrobaties. Ils dévient de la sorte de la ligne tracée par les anciens. Ce qui engendre un petit conflit entre les deux générations. Les anciens sont furieux de voir les jeunes leur voler la vedette.
L’année dernière, c’est une troupe de jeunes qui a représenté les Abidat R’ma au festival des arts folkloriques de Marrakech. Rizki Mohammed moqadem de la troupe de Kelaât Sraghna dit : « Cela fait quarante ans que nous nous battons pour perpétuer cette musique, et aujourd’hui, ce sont les jeunes qui récoltent les récompenses et qui sont montrés à la télévision. »

Articles similaires

Culture

Cinéma : Daaaaaalí, aïaïaïaïaïaïaïe !

Il fallait bien cinq grands noms pour tenter de cerner cette figure...

Culture

Festival international du court-métrage de Tyr Le film marocain «la vérité» en lice

Le film marocain «La vérité» est en lice pour la compétition officielle...

Culture

Elle supervise le programme «Le Droit par l’Art»: L’artiste Nawal Sekkat met au service des universités son expertise artistique

Dans le cadre du Plan d’accélération de la transformation de l’écosystème de...

Culture

Une œuvre initiée par Amal Ayouch et Sanae Assif: «Rêve sans frontières» à Rabat : Regards croisés sur l’œuvre de Fatema Mernissi

La Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l’étranger abrite le...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux