Alexandre Deniot : «En Afrique, il y a une progression de 8,4% du revenu de la musique enregistrée»

Alexandre Deniot : «En Afrique, il y a une progression de 8,4% du revenu de la musique enregistrée»

Entretien avec Alexandre Deniot, directeur du Midem Africa

Midem Africa est le tout premier événement digital panafricain au monde pour les professionnels de la musique. Cette grande manifestation, qui se tient du 28 juin au 1er juillet avec comme pays d’honneur le Kenya, a la particularité d’être gratuite comme le précise le directeur Alexandre Deniot. Le responsable met également en avant les opportunités qu’offre cet événement pour les artistes africains. Le tout en livrant son regard sur l’évolution de l’industrie musicale au Maroc et sur le continent.

ALM : Qu’est-ce qui vous a décidé à organiser un événement dédié à l’Afrique au départ de France, notamment dans un contexte marqué par la crise sanitaire et économique ?

Alexandre Deniot : Nous avons réalisé depuis 2018 dix événements locaux dans 7 pays africains (Sénégal, Nigeria, Côte d’Ivoire, Afrique du Sud, République Démocratique du Congo, Cameroun et Gabon) et aujourd’hui le Midem Africa est la continuité de notre implication sur le continent. Notre initiative vise à accompagner la professionnalisation et la structuration des marchés de la musique en Afrique. Nous souhaitons soutenir activement notre communauté et créer des liens entre les professionnels et artistes au niveau international. Notre événement était initialement prévu en présentiel et en Afrique mais compte tenu des conditions sanitaires nous avons opté pour une édition 100% digitale.
Cependant grâce au soutien de l’Alliance Française, nous aurons tout de même une présence physique dans 9 pays et 11 villes africaines au sein des Instituts Français et notamment au Maroc.

Quelle serait la valeur ajoutée de cette version digitale par rapport au format présentiel du Midem Africa ?

Le point fort du digital est avant tout l’accès. Il suffit d’une connexion internet à partir d’un mobile ou d’un ordinateur pour participer à l’événement et avoir accès aux outils de rencontres ainsi qu’au contenu. Nous avons aujourd’hui plus de 14 000 membres de 150 pays de par le monde qui utilisent activement notre plateforme. Le Midem Africa a pour objectif d’aider à la compréhension des différents marchés et les opportunités en Afrique, et d’accompagner les artistes et professionnels à développer leur carrière à travers un programme dédié. Les participants pourront accéder à des conférences animées par les meilleurs professionnels et d’incroyables artistes tels que Mr Eazi, A’ Salfo, Nomcebo Zikode et Youssou N’Dour. Ils pourront également découvrir les jeunes talents qui font bouger le continent à travers des showcases. Enfin le Midem Africa est LA plateforme de connexion de la communauté mondiale de la musique. Nous proposerons une série de rencontres/networkings pour l’ensemble des participants. De plus nous mettons à leur disposition des outils pratiques pour faciliter les échanges et les rencontres.
Et ce n’est pas tout ! L’accès n’est pas limité aux quatre jours de l’événement mais il le sera pour de bon. Ainsi, les artistes et les professionnels pourront continuer à échanger, se rencontrer, accéder au contenu en ligne à la demande.
Le rôle du Midem est de faciliter les rencontres entre artistes et professionnels du monde entier et générer des opportunités de business et artistiques.

Le Midem Africa rappelle l’événement marocain «Visa for music». Envisagez-vous éventuellement de nouer des partenariats avec celui-ci ?

Nous sommes ouverts à des partenariats avec l’ensemble des acteurs sur le continent, notamment «Visa for music». Nous sommes là pour travailler avec l’ensemble des acteurs locaux, notre démarche est inclusive car c’est ensemble que nous pourrons faire évoluer les choses sur le plan de la structuration des marché et la professionnalisation. Nous apprécions le travail exemplaire qui est fait par les équipes de «Visa for music depuis des années et d’ailleurs, nous avons, entre autres, comme intervenant Brahim El Mazned, fondateur de «Visa for music». Le Maroc et l’Afrique du Nord jouent un rôle clé dans le développement de l’économie de la musique sur le continent.

Et quel suivi offrirez-vous aux artistes après le Midem?

Notre plate-forme digitale est ouverte sur toute l’année. Elle offre une inscription gratuite et permet l’accès à du contenu, à du networking avec des professionnels, artistes et managers du monde entier, à des informations sur l’industrie de la musique, des formations, workshops sur différentes thématiques. Elle permet également de découvrir des artistes et de se connecter avec des professionnels à n’importe quel moment.

Qu’en est-il du regard que vous portez sur l’industrie musicale dans le Royaume et dans le continent ?

J’observe une dynamique très intéressante et encourageante. En Afrique, il y a une progression de 8,4% du revenu de la musique enregistrée. Cette croissance est tirée par celle de 37,8% au MENA (Middle East and North Africa).
De plus, une nouvelle génération d’artistes talentueux marocains est en train d’émerger sur la scène internationale comme les rappeurs El Grande Toto, de son vrai nom Taha Fahssi, et Manal Benchlikha, qui ont su intégrer dans leur musique des influences américaines et françaises. C’est un mélange de cultures qui leur permet de s’internationaliser. Tous ces jeunes artistes marocains qui sont en train d’exploser au niveau mondial ont intégré ces influences tout en gardant leur identité marocaine et représentent aujourd’hui la nouvelle scène. Quant au Midem, il permet à ces artistes également de se faire connaître et de se connecter avec les professionnels qui développeront leur carrière de demain. Tout cela nous fait qu’il s’y passe quelque chose !

Auriez-vous des projets ?

Il y aura une deuxième édition du Midem en format digital du 16 au 19 novembre 2021 qui sera un événement global dédié à toutes les régions du monde. Ce sera une manifestation qui aura pour rôle de nouer des partenariats et créer des opportunités de business et créatives.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *