Culture

Alexandre Pajon : «Nous voulons toucher un très large public»

© D.R

ALM : Comment expliquez-vous le choix du thème du numérique pour cette seizième édition?
Alexandre Pajon : Est-il possible de rendre compte de l’actualité des livres et des arts, ce qui est au cœur du projet du Salon international de Tanger, sans s’interroger sur ce qui révolutionne totalement le monde de l’édition mais aussi de l’art ? Prenant le commissariat de l’organisation de l’événement en septembre dernier, j’ai discuté avec les acteurs marocains de la culture et de l’éducation de la pertinence de ce thème. Il est alors apparu évident qu’il faisait l’unanimité. En effet, le Maroc s’engage avec une énergie exceptionnelle dans l’ère du numérique sans être vraiment passé par l’ère Gutenberg. Le programme Maroc Numeric 2013 en atteste. Il est aujourd’hui un des pays de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient où Internet a été accessible le plus rapidement et est le plus développé. Cela a des conséquences dans la sphère politique -diffusion des idées, de l’information- mais aussi de la musique et des images. Nous voulons favoriser un débat ouvert sur toutes ces questions.

Quelles sont les nouveautés de cette édition?
Les nouveautés tiennent à la volonté d’assurer une forte représentation de la composante marocaine et à un souci de respecter vraiment la dimension internationale du salon. Les langues parlées à Tanger seront entendues et les institutions culturelles locales américaine, espagnole et italienne contribuent à la programmation. Nous travaillons avec les autres institutions culturelles de Tanger. Nous cherchons aussi à présenter des outils numériques dans un salon totalement sous Wi-fi avec des stands nouveaux.

Comment s’articule la programmation de ce seizième salon?
Dans la journée, les visiteurs pourront choisir entre des débats, des conférences, des lectures, la visite des stands et des expositions au Palais des institutions italiennes et à la galerie Delacroix, place de France. Le soir, des spectacles seront offerts au Palais et à la salle Beckett.

Le SIT en est actuellement à sa seizième édition. Garde-t-il toujours le même objectif ?
Le salon garde les mêmes objectifs en cherchant à consolider sa dimension internationale et plurilingue intégrant les langues du Maroc. Il s’agit aussi de construire un salon mêlant débats d’idées, promotion de la lecture et de la création artistique contemporaine. Cette année, la thématique nous pousse à vouloir mettre à portée de main les instruments de la révolution numérique. Nous voulons toucher un très large public par la gratuité et une offre de spectacles attrayante. De plus, nous sommes vraiment présents sur Internet (http://iftanger.nord).

Qu’est-ce qui distingue cet événement des autres salons des livres, organisés au niveau national?
Le SIT des livres et des arts n’est pas une opération commerciale se limitant à la vente de livres ou à la promotion des éditeurs. Il est une plate-forme de débats, de rencontres, d’événements culturels de tout type qui s’inscrit dans une action de coopération de fond avec l’Académie régionale de l’éducation et de la formation, l’Université Abdelmalek Essaâdi et la délégation à la culture. C’est un événement qui se déroule dans le cadre d’une politique de coopération pluriannuelle.

Vous attendez-vous à une forte fréquentation de ce seizième salon?
Nous avons accueilli, en 2011, vingt mille visiteurs, nous devrions, en 2012, dépasser ce chiffre.

Articles similaires

Culture

9ème Forum international d’architecture à Marrakech

Conférences et ateliers scientifiques au programme

Culture

Rajaa Achaoui expose ses œuvres à Rabat

La plasticienne Rajaa Achaoui exposera, du 19 au 29 avril à la...

Culture

24ème édition de FICAK: Deux films marocains en lice pour le prix «Ousmane Sembène»

13 longs métrages et 14 courts métrages seront en lice à la...

Culture

«Morocco Chess Week» : Pour promouvoir le jeu d’échecs dans toutes ses dimensions

L’événement prévoit l’organisation de deux nouveautés majeures

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus