Accueil Culture Anaëlle Myriam Chaaib illustre les paradoxes culturels
Culture

Anaëlle Myriam Chaaib illustre les paradoxes culturels

L’artiste franco-marocaine Anaëlle Myriam Chaaib présente ses toiles pour sa première exposition au musée de la Fondation Abderrahman Slaoui. Son travail s’inspire de références culturelles reconnaissables telles que la peinture miniature persane et les contes marocains.

Elle recourt à l’illustration, la peinture, le dessin et le film d’animation pour construire des fabulations ou, plus simplement, des récits historiques. Son œuvre nous invite au voyage, ravivant ses souvenirs d’enfance appartenant à ses deux pays d’origine : la France et le Maroc. Anaëlle Myriam Chaaib pose ses toiles pour sa première exposition personnelle au musée de la Fondation Abderrahman Slaoui à Casablanca. Cette jeune artiste dévoile un ensemble d’œuvres réalisées durant la période de confinement, ainsi que des œuvres spécialement conçues pour l’occasion. « Au cœur de sa pratique se trouve une réinvention de la peinture naïve utilisée par les artistes marocains du siècle dernier. Son travail s’inspire de références culturelles reconnaissables telles que la peinture miniature persane, les contes marocains, les modèles architecturaux exotiques et les œuvres classiques plus modernes et contemporaines», explique à ce sujet Kenza Amrouk, commissaire de l’exposition. Et d’ajouter : «À côté de ces sources identifiables souvent considérées comme de la «vérité» se trouvent des anecdotes de l’ordre de l’inédit et de l’onirique, qui compliquent parfois la frontière entre le passé et le présent, la réalité et la fiction»..

Anaëlle Myriam Chaaib propose une réflexion autobiographique évolutive dont le point de départ est l’œuvre «Le mariage: deux fleuves se rencontrent».

 

Une réflexion autobiographique
Anaëlle Myriam Chaaib propose à travers cette exposition une réflexion autobiographique évolutive dont le point de départ est l’œuvre « Le mariage : deux fleuves se rencontrent ». Une peinture représentant l’union d’un homme et d’une femme : allégorie des noces de ses propres parents. Puis l’artiste propose une déambulation à travers des tranches de vies, ses tranches de vies où des images de la France se heurtent à celles du Maroc et où un langage à la fois symbolique et critique raconte le déracinement, l’union, l’affrontement, l’hybridation, l’assimilation, la transmission, l’égalité des sexes et plus globalement l’héritage et la mémoire. Un univers où les sujets peuvent parfois être complexes, mais que l’artiste fait glisser avec beaucoup d’humour et de sensibilité vers une narration tendrement poétique.

Du récit individuel et de la narration intime…

Anaëlle vit et travaille entre Tanger et la France. Après un master en marketing et commerce à l’IEA (Lille), Anaëlle Myriam Chaaib débute son parcours professionnel dans l’univers du luxe et de la gastronomie et développe dès lors un attrait manifeste pour l’illustration commerciale. Des années plus tard, sa passion pour les préparations culinaires prend le dessus, elle passe alors un CAP en pâtisserie en France avant de s’installer à Tanger. Aussi, elle y ouvrira courant 2023 avec sa sœur : «Maison Citron», un concept dont l’univers s’inspire de son monde imaginaire. Une nouvelle ambition pour la créativité prend ainsi forme, et Anaëlle Myriam Chaaib qui dessine depuis l’enfance, décide de créer l’univers «Myriam au citron». Des peintures à l’acrylique et des gouaches sur papier, imprégnées de sa vie quotidienne, du métissage et des voyages qu’elle effectue. Sa collection visuelle s’apparente à une œuvre hybride à la croisée d’un travail socioculturel, du récit individuel, de la critique et de la narration intime et familiale. A travers un langage symbolique, elle fait s’entrecroiser le personnel et le politique, le réel et l’onirique. « J’aime observer et connaître mes sujets, raconter des histoires, souligner la poésie du quotidien avec humour et joie et témoigner des métiers et savoir-faire. Mes choix sont toujours guidés par cette envie de peindre qui se déclenche grâce à une forme d’objet, un motif, un ensemble de couleurs… et comment tous ces détails et miniatures interagissent avec mon histoire personnelle», dit-elle.

C’est le titre de la boite

Une carrière d’illustratrice de renom
Annonce: L’artiste est actuellement invitée pour une résidence en Côte d’Azur par les Éditions Lord of Design, afin de réaliser un travel book artistique. Elle a fait l’objet de nombreuses expositions aussi bien au Maroc qu’à l’étranger. Son œuvre a intégré divers collections d’art. Parallèlement à son métier d’artiste plasticienne, Anaëlle Myriam Chaaib mène une carrière d’illustratrice de renom et collabore avec de prestigieuses marques telles que : Les Echos SL, Carton magazine Paris, Musée Macaal Marrakech, Mint Magazine France, Guide Soul of Marrakech Edition Jonglez We Transfer, Joelle Ciocco Paris, AWW magazine Londres et Dior.

Articles similaires

Brahim Alaoui au Comptoir des Mines de Marrakech

Vernissage : L’artiste-peintre marocain Brahim Alaoui exposera dès le 10 février ses...

Le 21ème FICAM expose Sofia El Khyari

Exposition : Le 21ème Festival international de cinéma d’animation (FICAM) continue à...

Mondialito : Plus d’un million de vues pour «Welcome to Morocco»

Classé numéro 1 des tendances au Maroc

Adieu Mohamed El Ghaoui, l’ARTISTE généreux

Considéré comme l’un des pionniers de la chanson marocaine, Mohamed El Ghaoui...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus