Avec «Megrimania» : Nasr Mégri donne libre cours à sa manie musicale le temps d’un album

Avec «Megrimania» : Nasr Mégri donne libre cours à sa manie musicale le temps d’un album

Il a la manie musicale. Un état d’esprit qu’il semble vouloir exprimer dans son nouvel album «Megrimania» qu’il lancera, le temps d’une cérémonie prévue le 23 novembre au Théâtre National Mohammed V, partenaire de cet événement.

Une sortie que la star, Nasr Mégri, accompagnera du vidéoclip du single portant la même appellation de l’album qu’il qualifie de «révolution musicale qui l’impose en tant que leader». En détail, cet opus, considéré par l’artiste comme un challenge qu’il se lance, est une compilation de dix morceaux. Ainsi, le chanteur offre un nouveau souffle artistique tout en invitant les mélomanes et son large public à découvrir d’autres sonorités et rythmes musicaux qui sont, comme il le révèle, «les fruits de recherches très profondes et d’inspiration des cultures acquises de multiples voyages de par le monde». En tant que star de la Moroccan Pop (M POP), il s’est même donné la mission de «moderniser la musique maghrébine et de la faire voyager dans diverses contrées de la planète». De plus, «Megrimania» est, tel qu’il le détaille, un ensemble de titres dont les paroles évoquent différents sujets comme « la paix, l’amour, la reconnaissance et un peu d’ironie». Aussi, la plupart des tubes de l’album sont composés par le chanteur, avec une reprise de certaines oeuvres du défunt compositeur, Hassan, qui n’est autre que son père. Par là, il crée un pont entre celui qui a fondé le mouvement musical Mégri et celui qui a pris le flambeau de ce style hors frontières.

Le tout avec la contribution des artistes Ben Hitch et Mustapha Bara. Quant aux clips de l’opus, ils sont réalisés par Ben Hitch et Khalil El Hila avec la participation de la styliste Fatima Al-Jarrari. Lors de la soirée de lancement de l’opus, le public découvrira une autre manière de présenter ce projet musical qui rassemble six clips déjà tournés depuis le début de l’année 2021 en pleine crise sanitaire mondiale. «Un vrai défi acquis», enchaîne Nasr qui se qualifie également de génie de la musique universelle. Outre ce produit musical, l’artiste qui, tel qu’il l’indique, peut être considéré comme un leader dans la scène artistique, influençant plusieurs jeunes générations, a d’autres oeuvres au compteur.

Son dernier en date étant le titre «Galouli Ensaha» (Ils m’ont demandé de l’oublier), qui a fêté les 50 ans de cette chanson mythique des frères Hassan et Mahmoud Mégri. Déjà, Nasr avait annoncé la sortie d’une trentaine de tubes, sur lesquels il a travaillé pendant le confinement sanitaire, pour 2021. En lançant son nouvel album, le pari semble réussi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *