Culture

Caméra cachée : les téléspectateurs piégés

© D.R

Pendant le mois de Ramadan, quotidiennement juste au moment de la rupture du jeûne, 2M diffuse l’émission « Ala Ghafla ». La caméra cachée suscite beaucoup d’intérêt et de critiques aussi. Certains téléspectateurs trouvent que les farces vont parfois trop loin car les victimes sont souvent brutalisées et risquent même d’avoir un infarctus. C’est le cas par exemple de l’épisode où le chanteur du malhoul Jamal-Eddine Benhaddou a été piégé dans une maison soi-disant hantée. On reproche également à la caméra cachée de faire dans l’humour de mauvais goût, en filmant leurs victimes dans des situations dégradantes et humiliantes, comme lors du vol d’une bague ou l’utilisation d’un handicapé pour faire rire les gens. D’autres téléspectateurs, par contre, estiment que c’est justement cela l’originalité de Ala Ghafla. Car le public peut éprouver de véritables sentiments, de peur ou de compassion, pour la victime de la caméra cachée. D’énormes efforts sont fournis par la réussite de l’émission. Plusieurs artistes, des sportifs et des journalistes se sont fait piéger par les caméras de Ala Ghafla. C’est le cas de Mohamed Kafi, Amina Barakate, Fatima Ouechay, Aïcha Tachenouite, Nouzha Bidouane, Rédouane Allali, Salah Eddine Bassir et Hicham El Guerrouj. La liste est encore très longue. Même le journaliste de 2M, Khalid Adnoune, a été victime de la caméra cachée. C’est paraît-il l’une des meilleures émissions. Mais elle n’a pas encore été diffusée. L’émission dure à peine trois minutes et demi. « Ce n’est pas assez », disent les promoteurs de la société MPROD, qui produit l’émission la «caméra cachée». La préparation de cette émission est assurée par une équipe très étoffée, composée, entre autres, de journalistes, de scénaristes et d’acteurs. Chaque matin, deux équipes sortent dans les rues de Casablanca, à la chasse des victimes. La durée des tournages varie de deux heures à huit heures. Pratiquement, toutes les stars ont été piégées avec la complicité de l’un de leurs proches. L’étude commence dans les bureaux de Mprod. L’ensemble du staff de Ala Ghafla est présent. Toutes les éventualités sont prévues en coordination avec les complices. Lors du tournage, plusieurs caméras sont placées tout autour du lieu où se situe la victime. Les acteurs sont pratiquement tous des jeunes, c’est le cas de Nisrina qui a participé dans plusieurs travaux arabes importants tels que « Houlakou ». D’autres acteurs font partie du staff de Ala Ghafla. Citons les noms de Abdelilah Omari, Hafid El Khatib et Réda Bennis. C’est en fait, la justesse du jeu de ces acteurs qui fait qu’une caméra cachée réussie ou pas. Ala Ghafla a donc franchi un pas important dans le style des caméras cachées. En d’autres termes, l’objectif a été atteint. Mprod ne compte pas s’arrêter là. D’autres émissions seront proposées à la deuxième chaîne.

Articles similaires

Culture

Zineb Mekouar reçoit «le Prix du meilleur roman des lecteurs et des libraires Points 2024»

L’écrivaine marocaine Zineb Mekouar a reçu, récemment à Paris, le Prix du...

Culture

La photographe Naomi Hobson au Maroc grâce à la Galerie Myriem Himmich

C’est le 12 juin dernier que la Galerie Myriem Himmich, en partenariat...

Culture

«Dawni», le nouveau single de Tawsen en featuring avec Ayoub Anbaoui

Le jeune artiste Tawsen sort son nouveau single «Dawini» en featuring avec...

CultureEntretienUne

Entretien avec Omar Berrada, artiste écrivain «Mon roman véhicule un message central sur l’humilité»

Le 5ème roman «L’Affaire T» de l’artiste écrivain Omar Berrada vient de...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus