Culture

Ces projections nocturnes tant convoitées et parfois indésirées!

La déprogrammation des projections nocturnes du 20ème FIFM à Jemaa El Fna pour des faits majeurs nationaux et internationaux donne envie de s’y rendre en pleine soirée. L’occasion de s’approcher des habitués de cette place, à l’instar des artistes et tatoueurs, pour mieux connaître leur ressenti.

Dès l’arrivée, lundi soir vers 20h30, la pensée de demander sur des projections nocturnes de films va vers un artiste des Gnaouas. Il se livre spontanément et volontiers au moment où un chorégraphe de sa petite troupe est en pleine transe.

L’art attirait des publics après les films
« Quand les longs-métrages étaient projetés ici lors des éditions précédentes, notre musique attirait du monde vers nous. La place a toujours été bondée. Aussi notre art incitait les festivaliers à regarder des films et revenir pour voir nos performances. Maintenant qu’il n’y a pas de projections et de public, nous nous sentons tristes. C’est mieux quand il y a des films à voir sur l’esplanade. Cela faisait vraiment notre joie», révèle le maâlem gnaoua avancé un peu en âge. Cependant, il ne manque pas de se montrer «compréhensif à l’égard du contexte qui marque l’actualité internationale ainsi que celle nationale, notamment le séisme d’Al Haouz et régions». Et ce n’est pas tout ! Le tour réserve la surprise de rencontrer un… tatoueur de henné ! Ce jeune abonde dans le même sens et fait une autre révélation. « La scène a déjà été perchée à Jemaa El Fna. Cependant elle a été démontée en respect de la conjoncture sous d’autres cieux», explicite-t-il en tenant aux circonstances mondiales. Judicieux de sa part. «Comment serons-nous perçus dans ce contexte mondial difficile?! Ce sera une honte», avance-t-il avec raison. De tels échanges incitent à en savoir plus auprès d’autres métiers exercés dans cette place qualifiée de «planétaire» par un luthiste également rencontré sur le même site.

Pas de projections, pas de réservations !
Une sensation de faim amène à s’installer dans un restaurant qui offre une belle vue panoramique. En fait, son emplacement est idéal puisqu’il est situé dans un endroit en face de celui où l’écran géant était perché en plein air au cours des précédentes éditions. «Des réservations de tables ont été annulées chez nous parce que le festival ne s’est pas déplacé cette année sur les lieux. Les clients venaient pour voir des films dans notre restaurant. Nous espérons nous rattraper dans les fêtes de fin d’année», assure un caissier dans ce restaurant. Et qu’en est-il des caléchiers ? Pour eux, les projections nocturnes n’ont pas vraiment d’impact surtout économique. «Même quand les stars étaient acheminées ici, elles l’étaient à bord de voitures », tient un cocher à s’exprimer en rappelant l’unanimité de ses pairs sur ce constat. Un ami à lui dit de son côté : «Nous ne gagnions même pas une pièce de 5 DH du temps des éditions précédentes». A vrai dire, le fait de transporter les grands noms de cinéma à bord de calèches serait magique pour ces stars. D’ailleurs, ils ne peuvent vivre cette expérience dans aucun pays à part le Maroc. Ce serait vraiment et naturellement féérique. Les marchands, eux, sont dans un autre mood. «Cela faisait du bruit !», estiment nonchalamment deux jeunes vendeurs. Quant au chauffeur de taxi qui se charge du transport au départ du palais des congrès, il est dans un autre registre de «l’image que donne le festival à notre pays». Le tout dans un vrai humour marrakchi.
Quoiqu’il en soit, les avis, bien que divisés, semblent converger vers une reprogrammation des projections. Seules les prochaines éditions nous le diront.

Articles similaires

Culture

Groupe marocain Tafsout Band lance «Is Tktit»

Le groupe Tafsout (printemps) vient de lancer son tout nouveau single intitulé...

Culture

Chanteuse marocaine installée au Canada: Leila Gouchi en mini-tournée aux Pays-Bas

L’artiste marocaine Leila Gouchi vient de clôturer dimanche sa mini-tournée aux Pays-Bas....

Culture

Appelé ComediaBlanca : Un 1er festival de l’humour égaie Casablanca

Une première. Un festival de comédie est dédié à la métropole économique....

Culture

Ramadan 2024 : Voici ce que propose la grille de programmes de 2M

«FEDTV 3», «Jib Darkom», «Bnat Lahdid»…

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus