Cheb Kadil chante les séquelles du corona et les méandres de la vie

Cheb Kadil chante les séquelles  du corona et les méandres de la vie

«Je suis installé dans la région Emilie-Romagne, alors que le tournage du vidéoclip de ce morceau devait se dérouler dans la zone Piemonte, soit une distance de 350 km. C’était loin. Donc nous avons eu des difficultés en transport et pour justifier le déplacement. Mais cela s’est finalement bien passé».

Le jeune chanteur d’origine marocaine Cheb Kadil a récemment lancé un nouveau single intitulé «Khalouni nhreb» (Laissez-moi fuir). Dans ce titre, l’artiste s’exprime sur les souffrances occasionnées par l’ère du corona et les méandres de la vie, par ses propres paroles et compositions. Quant à l’arrangement, il est conçu par Lotfi Tadlaoui. Au moment où la prise voix a été faite au Studio Casillo.

Et ce n’est pas la première fois qu’il chante dans le contexte de la pandémie. Il a fait de même dans «Ti Amo» (Je t’aime en italien). «Même si les conditions étaient un peu dures en Italie puisqu’il y avait des zones. Pour ma part, je suis installé dans la région Emilie-Romagne, alors que le tournage du vidéoclip de ce morceau devait se dérouler dans la zone Piémont, soit une distance de 350 km. C’était loin. Donc nous avons eu des difficultés en transport et pour justifier le déplacement. Mais cela s’est finalement bien passé», détaille l’artiste qui rappelle que le top model italien «Sabrina Prima» s’affiche dans le clip. Le tout en rappelant que l’enregistrement s’est déroulé dans le studio Rocklab. Tandis que les paroles de «Ti Amo» sont écrites et composées sur un arrangement du Marocain Fouad El Asmar au studio Samar en France. Dans ce tube, il a travaillé, comme il l’indique, sur «le genre raï sentimental». Le raï étant son style. Quant à l’ajout du sentimental, il l’explique par la dédicace à la femme à l’occasion de sa fête internationale. «J’ai pris mon temps pour écrire et composer les paroles à l’aise puisqu’il n’y a pas assez d’activités artistiques en temps du coronavirus», précise-t-il à propos de ce manque de manifestations en Italie comme au Maroc.

Outre ces deux singles, le chanteur, de son vrai prénom, Adel, a récemment lancé des covers de chansons d’artistes du raï algérien. Dans ce sens, il a choisi de reprendre «Talbouni fik» de Fadila et Sahraoui, «Joséphine» de Reda Taliani et «Rabta El Henna» (Elle met du henné) du défunt Cheb Hasni qu’il apprécie outre Khaled et Mami.
Pour rappel, Cheb Kadil, né à Casablanca, est passionné pour le chant depuis son enfance. Il a fait le choix de partir en Italie pour démarrer sa carrière professionnelle avec plusieurs troupes, notamment «Orchestra multietnica di Modena». Dans le rang de ce groupe avec lequel il a réalisé des succès, il a été révélé comme voix arabe et marocaine distinguée.
Déjà, il a lancé un album intitulé «Bladi» (Mon pays) dans lequel il traite de la migration, l’adultère et l’amour.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *