Festival de Cannes : «Haut et Fort» de Nabil Ayouch rafle le prix du cinéma positif

Festival de Cannes : «Haut et Fort» de Nabil Ayouch  rafle le prix du cinéma positif

Il a également reçu le prix Best Achievement in Cinema

Le film se déroule à Sidi Moumen, à Casablanca. Il raconte l’histoire d’Anas, ancien rappeur engagé dans un centre culturel du quartier. Encouragés par leur nouveau professeur, les jeunes vont tenter de se libérer du poids de certaines traditions pour vivre leur passion et s’exprimer à travers la culture hip-hop.

Belle consécration pour le cinéma marocain ! Le long-métrage «Haut et Fort» du réalisateur Nabil Ayouch a reçu le prix du cinéma positif lors de la cérémonie de clôture de la 74ème édition du Festival de Cannes. Qualifié de «Réjouissant», «Vibrant», «Fort et sincère» ou de «West Side Story Marocain», ce film a également reçu le prix Best Achievement in Cinema, décerné par l’organisation humanitaire Union-Life International. Il faut dire que Nabil Ayouch a représenté les couleurs du Maroc avec une œuvre engagée, percutante avec laquelle il se trouve pour la première fois en lice pour la Palme d’or du Festival de Cannes.

«J’ai appris à regarder le monde dans un centre culturel comme celui-là. Il y a une quarantaine d’années, en banlieue parisienne. Je ne serais pas devant vous aujourd’hui si je n’étais pas passé par là, et si je n’avais pas compris que les arts et la culture pouvaient changer une vie, bouleverser un destin… Le fait de nous retrouver, quarante ans plus tard, de l’autre côté de la Méditerranée, avec les talents de ces jeunes, leurs rages et leurs énergies énergies… Ils font honneur à leur pays», disait, très ému, Nabil Ayouch devant le public, lors de la projection de son film à la compétition officielle du Festival.

Produit par Ali’n Productions (Maroc), Les Films du Nouveau Monde (France), en coproduction avec Unité et Ad Vitam (France), le film se déroule à Sidi Moumen, à Casablanca. Il raconte l’histoire d’Anas, ancien rappeur engagé dans un centre culturel du quartier.
Encouragés par leur nouveau professeur, les jeunes vont tenter de se libérer du poids de certaines traditions pour vivre leur passion et s’exprimer à travers la culture hip-hop. Ecrit par le réalisateur lui-même en collaboration avec Maryam Touzani, le film est un hommage à la jeunesse marocaine. Il est interprété principalement par Anas Basbousi, ainsi qu’Ismail Adouab, Meriam Nakkach, Nouhaila Arif, Abdou Basbousi, Zineb Boujemaa, Soufiane Bellali, Mehdi Razzouk, Amina Kannan, Samah Barigou, Maha Menan, Marwa Kniniche, Marouane Bennani et Abderahaman Errahmani. Le parcours de ce film ne fait que commencer. Il sortira en salle en novembre 2021.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *