«Come Back» de Brahim Chkiri à l’assaut des salles obscures dès le 17 novembre

«Come Back» de Brahim Chkiri à l’assaut des salles obscures dès le 17 novembre

Il évoque un phénomène mondial, à savoir le terrorisme et l’extrémisme

Après une longue attente, le réalisateur marocain Ibrahim Chkiri s’apprête à projeter son nouveau film «Come Back» dans les salles obscures, à partir du 17 novembre 2021. «Ce film était prêt à être projeté dans les salles depuis longtemps, mais il attendait juste la réouverture des salles de cinéma, fermées en raison de la pandémie», a déclaré le cinéaste. En effet, ce film de genre action est une oeuvre de grande envergure. Il évoque un phénomène mondial, à savoir le terrorisme et l’extrémisme. «Il raconte l’histoire vraie d’une jeune mère qui part en Syrie pour récupérer son fils adolescent qui a filé. En suivant son itinéraire, dans sa quête pour trouver son enfant, on découvre les horreurs de la guerre, de la séparation », indique-t-il. «Come Back» met en vedette une sélection d’acteurs marocains et étrangers, en l’occurrence Nafisa Benchhida, Kalila Bounailat, Issam Bouali, Abdessalam El Bouhssini, Mohamed Qissi, Hafid Stito, David Oba et autres. Il faut noter que ce film présente la 3ème expérience cinématographique de Brahim Chkiri après «Rouad To Kabul» ou «Masoud Saida et Saadane».

Produite par «Med Production», cette oeuvre a été tournée entre le Maroc et la Belgique. Elle a bénéficié d’une subvention d’une valeur de cinq millions cinq cent quatre-vingt mille dirhams (5.580.000 DH), auprès du Centre cinématographique marocain (CCM). Réalisateur, directeur de production et scénariste, Brahim Chkiri est connu par ses créations cinématographiques ou télévisées qui ne cessent de surprendre le grand public. Il est né à Inzegane et a grandi en Belgique. Docteur en sociologie à l’Université libre de Bruxelles, il se lance dans le cinéma en 1986 avec la réalisation d’un court métrage intitulé «Octopussy». Il réalise par la suite quelques longs métrages produits en Belgique, en Turquie et en Asie, avant de se lancer dans la réalisation de films marocains pour le compte de la chaîne de télévision SNRT. Son premier long métrage «Road to Kabul» (La Route vers Kaboul) a eu un grand succès auprès du public. D’ailleurs, il avait battu un record d’entrées enregistrées au box-office marocain.

Le réalisateur compte également à son actif une douzaine de films marocains et séries télévisées dont notamment «Oulad El 3am» ou «Darte Lyam». Brahim Chkiri a aussi réalisé neuf films dans le cadre du projet «Film industry» lancé par Nabil Ayouch. L’ambition était de produire trente longs-métrages explorant des genres différents afin de soutenir la jeune création cinématographique marocaine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *