Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique

Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique

En cette période de confinement, l’art sous toutes ses formes s’invite dans nos foyers via le Web et les réseaux sociaux.

ALM a sélectionné quelques-unes des nombreuses initiatives dans le domaine des arts et littérature mises en place dernièrement afin d’assouvir sa soif de culture en toute sécurité.

Les éditeurs et libraires optent pour la livraison à domicile

Les professionnels de l’édition de livres et les libraires cherchent également les moyens de maintenir le lien avec leur public et assurer une continuité du service public culturel. Ils présentent sur les réseaux sociaux les dernières parutions littéraires en proposant le service de livraison. C’est le cas de Sochepress culture et éducation, distributeur et éditeur de livres, qui propose sur sa page des prix de livres adaptés avec une livraison à domicile. Ainsi, pour fidéliser ses lecteurs, l’éditeur opte pour le contenu littéraire. En ce moment de confinement, il publie chaque jour un épisode de la fiction «Je ne suis quand même pas parano !» de Rachid Benzine.

Des événements culturels en ligne

Plusieurs institutions culturelles présentent en cette période de confinement des événements en ligne. C’est le cas de l’Institut français de Casablanca qui offre en ce mois d’avril une programmation numérique «IFMCHEZVOUS. Dédié à tous les goûts, le programme comprend des spectacles vivants, musées, cinéma ou des conférences en ligne. En effet, le théâtre opprimé de Casablanca, en collaboration avec l’Uzine et association Gorara pour les arts et les cultures, offre, quant à lui, des rencontres et des masters class en ligne avec des personnalités culturelles. D’ailleurs, il organise une rencontre en direct avec le réalisateur Mohamed Mouftakir et ce le 5 avril de 17 h à 20 h du soir.

Des journaux de confinement

Certains écrivains tiennent des journaux de confinement. C’est le cas de l’écrivain Abdelatif Laâbi. Sur sa page officielle Facebook, l’auteur a choisi en ces temps durs de faire acte de présence auprès de son public. Il a posté un extrait du livre qu’il écrit en ce moment. «Nous sommes en mars 2020 et la pandémie n’épargne plus aucun pays, aucun coin reculé de la planète. Le virus a pour cible privilégiée les personnes de l’âge de Monsieur Barde, astreintes au confinement le plus strict. Comment pourrait-il, dans ces conditions, continuer à «taquiner la muse, écrire comme si de rien n’était ?», extrait du texte.
Arts visuels virtuels
Proposer une offre culturelle inédite pendant la période de confinement, c’est le défi que se sont lancé de nombreuses institutions. C’est le cas de la Fondation nationale des musées qui invite le public à visiter les musées de chez soi. Depuis le début du confinement, elle propose chaque jour aux amateurs de l’art une immersion virtuelle en 360°. Après l’exposition de Picasso, c’est le tour de l’exposition «Le sel de ma terre» de Hassan El Galoui au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain. Le public découvre ainsi une sélection des œuvres contemporaines et qui sont le témoignage de près de sept décennies de l’histoire du royaume. «Le Sel de ma Terre», ce sont des portraits, des scènes de vies intimes, des traditions et de grands moments de la vie politique et culturelle marocaine. U,e visite guidée de cette rétrospective inédite s’impose. De même, la fondation propose de faire un voyage dans le temps avec les peintres impressionnistes à travers une visite virtuelle de l’exposition événement «Les couleurs de l’impressionnisme». C’est une exposition qui retrace l’une des périodes les plus fascinantes de l’histoire de l’art à travers les œuvres des grands maîtres tels que Cézanne, Renoir, Pissarro, Monet, Sisley et plein d’autres.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *