970x250

«Dak’art» 2022 : Le Maroc présent en force

«Dak’art» 2022 : Le Maroc présent en force

La Biennale accueillera Leila Hida et Mohamed Thara

Le Maroc sera présent à la 14ème édition de la Biennale de l’art africain «Dak’art» 2022. Cette principale manifestation consacrée à l’art contemporain africain, prévue du 19 mai au 21 juin 2022 à Dakar, accueillera deux artistes marocains confirmés à l’instar de Leila Hida et Mohamed Thara. Ces artistes participeront à l’exposition internationale placée sous le signe «Indaffa». En effet, Laila Hida explore à travers ses projets individuels et collectifs des espaces non négociés et des pratiques sociales marginalisées. Ses interventions transdisciplinaires explorent et questionnent le médium photographique dans la construction des imaginaires et des récits.

Son projet actuel «Everything is temporary» s’appuie sur ses archives personnelles textuelles et photographiques, pour esquisser une archéologie de l’intime à travers un rapport au temps et à la rupture. Elle développe à travers cette même méthodologie le projet collectif «About Us», avec les mamans douées de la Fondation Dar Bellarj, qui explore l’évolution de la pratique photographique sur 50 ans en s’appuyant sur l’archive personnelle, l’album de famille et la photographie vernaculaire. En 2013, Hida initie Le 18, un espace d’art multidisciplinaire basé à Marrakech. Mohamed Thara est, lui un artiste pluridisciplinaire.

Il est peintre, photographe, vidéaste et performeur aux talents multiples. Il cherche à étendre les limites de la peinture avec une œuvre picturale très personnelle qui interroge l’ambiguïté de la représentation. Ses performances questionnent le «vivre-ensemble» et confèrent à l’image la fonction d’analyser le monde dans lequel nous vivons. À travers ses vidéos entre tension et équilibre, il fait naître et mourir, il interroge l’imminence de la mort pour comprendre la fragilité de la vie.

Il faut dire que ces artistes ont été sectionnés auprès d’une cinquantaine d’artistes issus d’autres pays. «Les critères de sélection ont été très pointus, selon le secrétaire général de la Biennale de Dakar, Marième Ba. Celle qui siège dans le Comité international de sélection comme observateur partage quelques détails. Y figurent en bonne place la pertinence et la puissance de la proposition, la diversité incluant supports et genre», indiquent les organisateurs. Outre l’exposition internationale, la Biennale proposera des rencontres remarquables et une programmation inédite.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.