Dans son nouvel album : Bantunani exalte fort la métropole

Dans son nouvel album : Bantunani exalte fort la métropole

Il semble avoir tellement apprécié la métropole qu’il lui a dédié un single. «Casablanca, Sunday can wait», ainsi s’intitule le nouveau tube du chanteur franco-congolais, Bantunani, qui fait partie de son nouvel et 12ème album «Perspectives» présenté tout récemment à Marrakech. Un opus dans lequel l’artiste «s’extirpe, en ces temps maussades, de son confinement musical». Une démarche artistique qu’il couronne par cet album qui, comme il l’exalte, «nous plonge à la recherche du temps perdu où chacun des 15 titres est comme une pause pensive». Outre ce titre, cette œuvre, qui compile, entre autres, les singles «Another Place», «Mother’s arms» (Les bras d’une mère), «So many years» (Tant d’années) et «History and injustice», a plusieurs significations. Littéralement, l’artiste a, comme il l’indique voulu «regarder à travers, pour ne pas dire voir plus loin, c’est-à-dire, après avoir dépassé certaines étapes décisives». Esthétiquement, l’album se veut «une représentation de la profondeur, un paysage vu à distance, la sensation de notre espace et du son».

«En même temps qu’il scrute le passé, l’album envisage l’avenir et ouvre de nouvelles perspectives», enchaîne l’artiste. Pour lui, chaque titre parle avec sa propre identité, sa propre thématique qu’il «puise dans l’observation du monde ou des mondes sous le prisme du groove trotteur». Aussi, l’artiste s’interroge sur notre capacité à l’émerveillement, comme dans le titre «AnotherPlace» qui est un hymne à l’enfance et à l’affection maternelle. Dans «Casablanca, Sunday can wait», Bantunani, sur les traces d’Humphrey Bogart, esquisse un étrange swing macabre dans une solitude nocturne où la mort se cache. «Il faut donc entendre par «Sunday can wait» que non seulement le dimanche mais la mort aussi peut attendre», s’exprime-t-il. De son côté, le titre «Rising Song», qui signifie la chanson du lever, en guise de jeu de mots avec l’expression «Rising Sun», appelle une ère nouvelle comme le laisse entendre le titre de l’album Perspectives. Le tout étant conçu avec l’empreinte musicale de Bantunani, «un rythme énergique et dansant dès les premières notes, un groove afro funky qui vous emporte dans des tourbillons disco, sous l’œil maternel de la basse, omniprésente, qui fait vibrer le cœur et trembler le corps». Avec cet afrofunk devenu electro soul et urbain, l’artiste, comme il l’estime, fait la synthèse de son époque.

Pour rappel, la tournée «Perspectives» est prévue pour mars 2021. Elle fera escale à Kinshasa, Paris, Fès, Madrid, Casablanca et Bruxelles.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *