Démasculiniser les arts en débat : «Machi Rojola», premier podcast 100% marocain, met en ligne son 3ème épisode

Démasculiniser les arts en débat : «Machi Rojola», premier podcast 100% marocain, met en ligne son 3ème épisode

Après «Les Masculinités en Islam», «Masculinités Positives VS. Masculinités Toxiques», Machi Rojola, le premier podcast 100% marocain qui promeut les masculinités positives met en ligne son troisième épisode sous le thème «Démasculiniser les arts ?».

Dévoilé sur Spotify, SoundCloud, YouTube et toutes les plateformes de téléchargement légal, cet épisode est illustré par l’artiste Zainab Fasiki et invite le cinéaste Hicham Lasri. En effet, cet épisode discute la thématique «L’art a besoin de talent et non de genre», et tente de répondre aux questions «pourquoi alors, comme les chiffres le confirment, les artistes hommes sont-ils plus présents dans les médias, les galeries, les écrans… Faut-il démasculiniser les arts pour arriver au moins à une meilleure visibilité des artistes femmes ?


Dans son intervention Hicham Lasri indique à ce sujet: «Dans tous les sens du terme, je suis un humaniste. Quel que soit le genre femme, homme ou un animal, il fait partie de la vie. On vit tous sur la même planète. Je ne sais pas séparer les choses, on est tous dans le même bain, on est mélangé comme les fleurs, comme une formation. Et c’est ça la beauté des choses, donc on a besoin de préserver ça. Je cite mon exemple, c’est grâce à ma mère que j’ai grandi et appris beaucoup de choses et je n’ai pas besoin d’être dans le genre».

Produit par le Collectif Elille cofondé par Soufiane Hennani, en partenariat avec la fondation Heinrich Boell de Rabat, Machi Rojola est une plateforme digitale qui vise à travers un prisme féministe à repenser la masculinité dans une société patriarcale comme le Maroc. Un projet qui n’est pas destiné, selon ses promoteurs, à diaboliser les hommes, mais plutôt à mettre en évidence les effets nocifs et socialement destructeurs de certains idéaux traditionnels des comportements masculins tels que la domination violente, la misogynie, le harcèlement, l’autosuffisance… par la promotion et la défense des masculinités positives et plurielles. Le podcast invite, à travers un débat ouvert et constructif, penseurs, intellectuels, artistes, et autres personnes engagées, à reconsidérer la notion des masculinités dans la société marocaine.

Chaque épisode sera illustré par un dessin original de l’artiste Zainab Fassiki en relation avec le thème traité.
Parmi les intervenants nous retrouverons l’essayiste et féministe musulmane Asma Lamrabet, l’écrivain Abdallah Taïa, la rappeuse féministe Khtek, le réalisateur Hicham Lasri, la réalisatrice Sonia Terrab, le journaliste d’investigation et écrivain Hicham Houdaifa, la militante des droits humains Fatna Lbouih, le chanteur Fayçal Azizi, la politologue et militante féministe intersectionnelle Françoise Vergès, le sociologue Abdessamad Dialmy, la chercheuse tunisienne Monia Lachheb et bien d’autres.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *