Accueil Culture «Dérive casablancaise» : Pour évoquer la place de l’artiste dans la cité
Culture

«Dérive casablancaise» : Pour évoquer la place de l’artiste dans la cité

Il accueille une vingtaine d’artistes et acteurs culturels

Sur une proposition de Meryem Jazouli, chorégraphe marocaine et fondatrice de l’Association ARD2D, les «Rencontres des arts de la scène en Méditerranée» quittent Montpellier pour la première fois et investiront la ville blanche du 30 novembre au 4 décembre 2022.

«Cette édition casablancaise s’inscrit dans une volonté de marquer une étape importante dans la vie culturelle casablancaise: construire un pont entre la métropole et d’autres villes du bassin méditerranéen, réunir une communauté d’artistes, d’acteurs culturels et de penseurs sensibles à la question de la place de l’artiste dans la cité», indiquent les organisateurs.
Dans ce sens, l’évènement accueillera dans 7 lieux différents de la ville plus de 20 artistes et acteurs culturels venus de 9 pays. Parmi lesquels les chorégraphes Danya Hammoud, Nacera Belaza et Sondos Belhassen, l’écrivain Omar Berrada, l’architecte Karim Rouissi, la réalisatrice Randa Maroufi, le réalisateur Maguy Marin, l’auteur de théâtre Alberto Conejero et autres.
Imaginée comme un temps de partage de créations et d’idées, cette manifestation, organisée depuis 2018 par le Théâtre des 13 vents, Centre dramatique national de Montpellier, rassemble chaque mois de novembre, à Montpellier, artistes et acteurs de la culture du pourtour méditerranéen autour des arts vivants et des écritures contemporaines. Dérive casablancaise a pour ambition d’être, dans un premier temps, un relai aux Rencontres et à la Biennale des arts de la scène en Méditerranée de Montpellier, pour ensuite prendre son envol et devenir un rendez-vous régulier de la ville, consacré à la réflexion autour des arts vivants contemporains, à l’occupation de lieux par des représentations ouvertes au public, à l’expérimentation de nouvelles formes de programmation et aux échanges autour des arts de la scène.

Pour cette édition casablancaise, les invités, notent les initiateurs, seront conviés à se retrouver autour de la question «Faut-il se maintenir dans l’invisible pour mieux agir ?», suggérée comme point de départ à la réflexion et aux échanges. Conférences, tables rondes et rencontres questionneront ainsi «l’artiste invisible» dans une société globalisée qui somme à l’exposition et au spectacle.

C’est le titre de la boite
«Cette édition casablancaise s’inscrit dans une volonté de marquer une étape importante dans la vie culturelle casablancaise: construire un pont entre la métropole et d’autres villes du bassin méditerranéen, réunir une communauté d’artistes, d’acteurs culturels et de penseurs sensibles à la question de la place de l’artiste dans la cité».

 

Articles similaires

Abir Berriah décompose le corps féminin

La jeune artiste-peintre marocaine, Abir Berriah, est autodidacte. Elle allie deux disciplines...

La muraille historique de Rabat fait peau neuve

La Société Rabat Aménagement a lancé un appel d’offres pour la restauration...

«The Real Way To Dakar» : Les participants font escale à Dakhla

Les participants à l’édition 2023 de «The Real Way to Dakar», un...

Voici une recette venue tout droit de Londres

Il fait toujours bon parler culture et créativité en se penchant notamment...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus

La Team