Des Mille et une Nuits à la marocaine, un spectacle en pleine création

Des Mille et une Nuits à la marocaine,  un spectacle en pleine création

L’annonce est faite par le militant culturel, Hamza Sbaï

«Shéhérazade tahki (raconte)». Un spectacle «en pleine création» par l’association «Yallah d’art et d’action culturelle» comme l’annonce Hamza Sbaï, président fondateur de cette structure. Un show inspiré, selon ce metteur en scène marocain, «des Mille et une Nuits, mais à la marocaine». En détail, cette œuvre sera interprétée par les jeunes lauréats d’une formation organisée en Biélorussie en partenariat avec le Théâtre national de Minsk, capitale de ce pays où M. Sbaï organise, outre d’autres pays, des événements. Entre manifestations culturelles et voyages de formation, le président varie les déplacements pour que les jeunes puissent, selon ses dires, «étudier le théâtre ou le cinéma dans des écoles, universités et institutions à l’étranger».

A Agadir, où il milite depuis 2008 pour la promotion culturelle, il a «réussi quand même après 8 ans de souffrance à organiser le Festival international de théâtre et des arts de la scène». Une rencontre internationale dédiée au théâtre et aux arts de spectacle où les professionnels peuvent se réunir pour jouer ou faire des échanges culturels dans la capitale du Souss. «Une ville où la culture n’a pas sa place comme les autres secteurs… une ville où les jeunes n’ont pas autant de chance…», avance-t-il en rappelant également avoir réussi à rencontrer des collaborateurs étrangers de haut niveau, des institutions culturelles internationales, ambassades et troupes entre autres. Il a même été nommé ambassadeur de paix par l’organisation américaine GPPI. Et ce n’est pas tout. M. Sbaï, également comédien et chorégraphe, est, dans le cadre de sa structure associative, sur le point de lancer une formation professionnelle artistique en Turquie et une résidence artistique à Berlin entre autres. «En 12 ans, j’ai visité 20 pays du monde, 68 villes et 3 continents grâce à l’art et la culture», enchaîne-t-il.

Ce coordinateur culturel international, également conseiller au gouvernement parallèle des jeunes, âgé de 32 ans, est aussi membre de l’AITA et du CIFTA (Conseil international des Fédérations internationales de théâtre), conseiller artistique du Festival international du cinéma sur l’art d’Agadir, MIN ORT International à Göteborg en Suède et de l’association Respect PTD à Tournai en Belgique. Mieux encore, il prépare, pour fin avril, une formation professionnelle artistique pour les jeunes en partenariat avec l’université «Mirar Sinan Fine Art» à Istanbul en Turquie. Comme il l’indique, en 14 jours, des visites culturelles et échanges avec les étudiants turcs seront organisés dans le cadre de cette formation. «Ces partenariats sont le fruit des rencontres professionnelles organisées au FITAS qui aboutissent après le festival à des échanges culturels, formations, stages, résidences en collaboration avec l’association et nos partenaires dans le monde entier qui assistent à ce festival», précise-t-il.

Quant au projet de résidence artistique à Berlin prévu en novembre 2021, entre la troupe théâtrale professionnelle de l’association Yallah et une compagnie allemande connue, elle sera, selon ses dires, couronnée par la production d’un «spectacle qui rassemble les deux pays». «C’est un projet en partenariat avec l’ambassade d’Allemagne au Maroc qui était l’invité d’honneur de la 3ème édition du FITAS en présence de l’ambassadeur et son épouse, ainsi qu’une délégation officielle», conclut-il.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *