970x250

Des photographies de jeunes de Sidi Moumen pour immortaliser les cinémas casablancais…

Des photographies de jeunes de Sidi Moumen pour immortaliser les cinémas casablancais…

Flash-back architectural sous l’effet du zoom

Baptisée «Il était une fois le cinéma à Casablanca», l’exposition de photographies sur les cinémas abandonnés de Casablanca, organisée par Art First Galerie au sein du restaurant NKOA, se poursuit jusqu’au 15 janvier. Immortaliser ces lieux avant qu’il ne soit trop tard, c’est le pari que se sont donné, en effet, de jeunes photographes apprentis du Centre culturel «Les étoiles de Sidi Moumen». Issam Chorrib, Abdelmajid Siaf, Saadeddine Chadli et Zakaria Rzika guidés dans la thématique, la logistique et la promotion par Selma Naguib, cofondatrice de la galerie et curatrice, ont pu exposer, pour la première fois, autour d’une thématique très symbolique. La disparition des cinémas à Casablanca n’est plus un secret pour personne. Certains ont laissé place à des souks éphémères, d’autres se sont transformés en dépotoirs. «Verdun», «Liberté», «Mauritania», «Atlas», «Al Malaki» ; ces cinémas ont bel et bien disparu.

Hamza Zidane et ses étudiants ont voulu ainsi traduire par des photos en noir et blanc un passé nostalgique qui demeurera dans l’ADN de la métropole économique. Faisant partie du patrimoine architectural de la ville, ses clichés rappellent ô combien la ville s’est métamorphosée au gré de la modernité tournant le dos à tout ce qui pourrait remémorer les souvenirs d’enfance des Casablancais. Un seul rescapé, le cinéma Rif qui a pu être rénové, il y a quelques années. L’exposition a été soutenue par le centre culturel «Les étoiles de Sidi Moumen» et Save Cinemas Morocco. Le cinéaste Hicham Lasri aura également apporté son soutien aux jeunes photographes.

  • HAMZA ZIDANE - ABC
  • HAMZA ZIDANE
  • ISSAM CHORRIB MAURITANIA
  • Affiche A2 (1)

Un extrait de son écrit dédié à l’événement rappelle son amertume par rapport à cette disparition architecturale au-delà de la caméra et de la nostalgie : «Quand on pense à toutes les salles de cinéma de quartier, on pense aux espaces, mais on oublie que les salles de cinéma font partie de notre quotidien. Ce sont des lieux où l’on pouvait louer une place pour assister à un film, un thon aux h’rour et un double programme comme c’était la tendance dans les années 80. (..) Je me souviens de ce cinéma à Ain Sebaa, le «Beaulieu «avec un toit amovible qui se refermait comme un vaisseau spatial avant le début des projections des films de Chuck Norris ou des comédies érotiques italiennes». Bref, les jeunes photographes se sont appliqués, inspirés par le passé et guidés par des personnes bien imprégnées finalement…

Hamza Zidane est photographe, formateur totalement autodidacte. Et c’est sur le Net et à la pratique qu’il aura appris la photographie. Complétant son apprentissage par sa présence à des workshops et d’une formation master class renforcée par des lectures d’ouvrages sur la photographie, Hamza a remporté divers prix et a participé à plusieurs expositions au Maroc et à l’étranger. Abdelmajid Siaf, photographe, graphiste, designer, vit cette passion pleinement et se soucie d’immortaliser le petit détail dans la rue ou ailleurs… Quant à Saadeddine Chadli, il est étudiant et son penchant artistique pour la photographie s’est développé à un moment difficile de sa vie. Une façon d’externaliser son ressenti mais aussi une découverte de soi pour révéler un talent caché. Pour ce jeune, c’est un ensemble et le sujet du cinéma à Casablanca l’a tout de suite inspiré dans ses prises de vue.

Pour Zakaria Rzika, son premier contact avec la photographie remonte à 2013. Etudiant et photographe, son intérêt s’est, au fil des temps, focalisé sur la photographie de portrait. Les cours de photographie du centre culturel «Les Étoiles de Sidi Moumen» lui ont fait découvrir d’autres facettes de cette discipline. Issam Chorrib a commencé la photographie en 2018 sur le téléphone de sa mère et de ses amis. Exprimer sa vision du monde à travers ses photos représente son leitmotiv. D’ailleurs, une de ses photos a déjà été exposée au Centre international de photographie à New York. Le jeune artiste a également exposé à la Faculté pluridisciplinaire de Larache.

L’exposition des photos continue…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.