Droits d’artistes marocains : Un guide voit le jour

Droits d’artistes marocains :  Un guide voit le jour

Statut de l’artiste, droits d’auteur, droits voisins…

Destiné aux artistes ou aux professionnels de la culture résidant au Maroc, un guide est publié dans le cadre de Maram «Mobilising Access to Rights for Artists in Morocco» (Mobilisation pour l’accès des artistes à leurs droits), un projet de collaboration entre les universités d’Edinburg, Manchester et Keele et l’Association culturelle The Minority Globe. «Ce guide s’adresse à tous les artistes, marocains et migrants. Le combat est commun et universel. Alors, quel meilleur rempart, pour les artistes, que celui de la connaissance de leurs droits pour que leur créativité ne soit pas bridée et que leur quête du sens contamine positivement leurs publics», indique Aadel Saadani, membre du comité scientifique de Maram.

Composé de 27 pages, ce guide est un outil permettant d’avoir un aperçu sur le cadre juridique qui régit plusieurs questions. D’ailleurs, la première partie donne à voir les questions liées à la liberté de circulation et d’installation. La deuxième partie présente une idée sur les droits liés à la liberté d’expression et de création. En ce qui concerne la troisième partie, elle est consacrée au statut de l’artiste, droit d’auteur et droits voisins. Elle présente un bref aperçu historique sur le Bureau marocain du droit d’auteur (BMDA), les conventions et traités ratifiés par le Maroc en la matière, carte professionnelle de l’artiste et les métiers artistiques.

«Le Maroc s’est engagé depuis des décennies à instaurer une législation qui protège et garantit les droits d’auteur et les droits sociaux des artistes. Des lois ont été mises en place dans ce sens. Certaines ont été réformées ou sont en cours de révision, parfois sous la pression des praticiens, pour être en accord avec les conventions internationales ratifiées par le Royaume. Il n’en demeure pas moins que la situation des artistes reste précaire et qu’elle peut être la première à être ébranlée en cas de crise sociale, économique ou sanitaire, généralisée ou individuelle», peut-on lire dans le document.

Pour noter, le projet Maram est financé par le Conseil de recherche sur les arts et les sciences humaines du Royaume-Uni (AHRC – Global Challenges Research Fund) et s’appuie sur les résultats du projet «Arts for Advocacy: Creative Engagement with Forced Displacement in Morocco» (2016-2018). Il vise en effet à favoriser une plus grande reconnaissance sociale et institutionnelle des artistes au Maroc (en particulier des artistes migrants et des artistes marocains en situation de vulnérabilité).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *