En attendant ses prochaines expositions : Lumière sur la peinture poétique de Jamal Bousselham

En attendant ses prochaines expositions : Lumière sur la peinture poétique de Jamal Bousselham

«Dans mes œuvres, il y a une touche poétique». Ainsi s’exprime, à propos de ses toiles, l’artiste-peintre marocain, Jamal Bousselham, qui précise avoir des «contacts» pour de prochaines expositions.

«Je l’espère bien ! J’attends que cela se déclenche après le déconfinement sanitaire», exalte-t-il à propos de nouveaux shows de ses œuvres après avoir déjà fait d’autres. «J’ai récemment exposé au Royal Golf d’Anfa et au Complexe culturel d’Anfa où j’ai été honoré par une médaille remise par la légende Nawal El Moutawakkil», raconte l’artiste-peintre qui fait purement dans l’art abstrait.

Il profite même de sa formation d’ingénieur décorateur pour meubler minutieusement ses toiles de formes géométriques.
Quant à sa touche poétique, il la doit à ses poèmes qui lui ont valu, comme il l’indique, «le Prix du Centre européen pour la promotion des arts et des lettres (CEPAL) en France». Pour lui, cette touche «se voit au niveau de la création. C’est comme une poésie dans la poésie». «Les couleurs dans mes toiles sont assorties et variées. Elles parlent et bougent comme la mer. En d’autres termes, je fais bouger la création», décrit l’artiste dont les tableaux sont également meublés de géométries colorées rappelant des phénomènes quotidiens à l’instar du coucher de soleil. Ainsi, ses toiles sont, selon ses dires, comme ses mots. Ils transmettent ses «émotions les plus intimes, créant un récit envoûtant qui raconte l’histoire de la vie». Un récit qui se manifeste également à travers son premier recueil de poèmes «Espoir». C’est cette publication qui lui a valu le premier prix au 13ème concours littéraire international du CEPAL.

Dans l’ensemble, son parcours artistique allie depuis plusieurs années la peinture, l’ingénierie et la poésie. C’est surtout cette dernière discipline qui l’inspire pour concevoir ses toiles, qui de par leurs couleurs qu’il qualifie d’irrésistibles, «laissent le pinceau courir entre ombre et lumière dans un style abstrait, figuratif, réaliste, nature et romantique».

Dans l’attente de ses prochaines expositions, l’artiste-peintre a participé à la 3ème édition du festival «couleurs du Maroc» organisé du 20 septembre au 1er octobre 2018 au Centre Culturel d’Anfa et la Maison de la culture ancienne médina – Casablanca. Il a déjà révélé ses oeuvres pour la première fois sous le thème «les merveilles des couleurs» au Royal Golf d’Anfa à Casablanca dans le cadre de ses activités culturelles en décembre 2018. «Le vernissage a séduit les adhérents du club et ses invités venus nombreux», se remémore-t-il.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *