En participant au Moussem de Tan Tan: Le CNDH ancre le droit à la culture dans les provinces du Sud

En participant au Moussem de Tan Tan: Le CNDH ancre le droit à la culture dans les provinces du Sud

Ancrer le droit à la culture, tel est l’objectif de la participation du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) aux activités du Moussem de Tan Tan, patrimoine culturel immatériel de l’humanité, qui se tient du 4 au 9 juin.

La participation du CNDH au Moussem de Tan Tan s’inscrit dans le cadre des efforts de ce dernier en vue de contribuer à la promotion des droits de l’Homme et la préservation du patrimoine, notamment hassani, que stipulent les dispositions de la nouvelle Constitution comme étant l’un des leviers de l’identité culturelle nationale.

Lors de son intervention à l’occasion de l’inauguration du stand du CNDH, Driss El Yazami a souligné que l’intérêt que porte le CNDH au Moussem inscrit par l’Unesco au patrimoine immatériel de l’humanité en 2008 traduit sa volonté de contribuer efficacement à la mise en oeuvre de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel adoptée le 17 octobre 2003 et ratifiée par le Maroc le 6 juillet 2006.

Ladite convention se réfère explicitement aux droits de l’Homme tels qu’ils sont universellement reconnus et fait référence aux instruments internationaux, en particulier à la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948, au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels de 1966 et au Pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1966. Et d’ajouter que la Constitution de 2011 consacre les efforts consentis par le Maroc pour la promotion des droits culturels et la reconnaissance de la diversité des affluents de l’identité culturelle nationale dont la culture hassanie.

Ainsi plusieurs activités ont été tenues lors de cet événement, dont la projection du film documentaire «Ceux du Moussem», de Souheil Ben Barka, tourné en 1972 et qui constitue l’un des rares documents visuels ayant permis d’archiver le Moussem de Tan-Tan pendant cette période, outre un atelier de jeux traditionnels avec la participation du club des jeux populaires visant à réhabiliter les jeux traditionnels, comme l’une des composantes du patrimoine culturel immatériel au Sahara. Et la signature des ouvrages comme les romans «Bouh Dakira Ouaj’e Janoubi» de Batoul Mahjoub, «Choumoukh Makbara» de Mohamed Ahmed El Wamane et «Chakaik Anouamane»,

un recueil collectif sous la direction de Redouane Rehali, et «Maraya», des textes lyriques collectifs sous la direction de Abdelaziz Moudden. A cela s’ajoutent des cérémonies consacrées à la musique et au théâtre hassanis, et une table ronde sur «L’intégration du patrimoine hassani dans les programmes scolaires» et un séminaire sur «La culture du nomadisme» à laquelle vont prendre part des universitaires, des experts et des spécialistes en la matière.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *