970x250

Exposition «Casablanca vue d’en haut» : Immersion au cœur de la métropole

Exposition «Casablanca vue d’en haut» : Immersion au cœur de la métropole

Présentée à l’espace American Art Center de Casablanca

Dans le cadre des journées du patrimoine de Casablanca, l’espace American Art Center de Casablanca accueille à partir du 12 mai 2022 l’exposition «Casablanca vue d’en haut» du photographe Adnane Zemmama. Réalisée avec la galerie d’art «Art First», en partenariat avec la Fondation BMCI et l’Association «Casamémoire», cette exposition offre un voyage à travers le temps. Elle présente en effet une série photographique en noir et blanc qui revisite Casablanca autrement. «Elle donne l’opportunité de vivre et d’explorer la diversité architecturale et urbaine de la métropole marocaine. Elle offre une immersion au cœur de la ville du haut de ses toits, et nous procure le sentiment de voyager à travers le temps. Ces visuels montrent la diversité de la ville et son côté à la fois authentique et moderne. Le charme de Casablanca se fige à travers un retour dans le passé nostalgique», indiquent les initiateurs.

Hommage au patrimoine architectural casablancais
À travers ses photographies, l’artiste Adnane Zemmama tente d’immortaliser Casablanca à sa manière, cette ville qui l’a vu naître et grandir. «J’ai voulu rendre hommage à la fois à sa singularité et à sa diversité. Du haut de ses bâtisses, témoins de notre histoire, j’ai souhaité apporter un nouveau regard sur la ville, loin du vacarme habituel de «Dar El Beida»», dit-il.
Afin de réaliser la série «Casablanca vue d’en haut», l’artiste a sélectionné divers toits de la ville blanche, aux vues panoramiques. D’ailleurs, il a choisi la prise de vue en hauteur car elle offre ce sentiment de grandeur, de passage dans le temps du passé au présent. «A travers cette exposition, j’ai voulu faire ressortir la beauté de chaque détail que nous offre Casablanca. Grâce à une texture et un grain de photo particulier, un sentiment intemporel se crée, rendant la photographie unique», explique-t-il. Et de poursuivre : «Ces photos donnent l’opportunité de vivre et d’explorer la diversité architecturale et urbaine de la métropole marocaine. Le noir et blanc procure un sentiment de voyage à travers le temps.

Un projet pour réconcilier avec sa ville natale
Le projet «Casablanca vue d’en haut» a commencé lorsque le monde fut en pause en pleine année de Covid en 2020. «Lors d’une tournée dans le centre-ville de Casablanca, j’ai eu l’opportunité de monter sur le toit d’un premier immeuble. À partir de cet instant, je vis Casablanca autrement… Je contemplais la grandeur de Dar El Beida avec ses bâtiments art déco qui surplombaient le centre-ville. J’admirais un véritable musée à ciel ouvert. J’ai alors compris qu’il fallait partir à la recherche des plus grands immeubles de la ville et rendre hommage au patrimoine architectural casablancais», raconte-t-il.
En tant qu’amoureux du noir et blanc et éternel nostalgique, l’artiste a décidé de réaliser cette série sous différentes nuances de gris. Prendre ses photos sous un ciel nuageux et sombre est sa façon de rendre l’image intemporelle afin d’avoir ce sentiment de présence, d’authenticité, et de grandeur, grâce à la hauteur des prises de vue. En 2012, Adnane Zemmama a quitté sa ville de cœur qu’est Casablanca pour s’installer dans sa ville d’adoption qu’est Marrakech. «Ce projet a été une manière de me réconcilier avec ma ville natale, à laquelle je n’appartiens plus. J’ai compris que, proche ou loin, cela ne change rien, on ne peut qu’aimer Casablanca, avec ses qualités comme ses défauts», dit-il.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.