Accueil Culture Exposition «Melehi à Loft Art Gallery 2009–2020» : Histoire de complicité entre un artiste et sa galerie
Culture

Exposition «Melehi à Loft Art Gallery 2009–2020» : Histoire de complicité entre un artiste et sa galerie

Elle offre des œuvres rares de chaque décennie de carrière de l’artiste

La galerie casablancaise Loft Art Gallery célèbre l’œuvre de l’artiste incontournable Mohamed Melehi. Elle organise à partir du 8 décembre 2022 «Melehi à Loft Art Gallery 2009-2020», une exposition inédite comme l’indique le titre, revient sur plus d’une dizaine d’années de collaboration entre le défunt Melehi et cette galerie. A cet effet, les galeristes Myriem et Yasmine Berrada Sounni offrent leur expérience partagée à travers les œuvres sélectionnées de chacune des quatorze expositions et dévoilent les œuvres rares de chaque décennie de la carrière de l’artiste. «Il ne s’agit pas de faire une rétrospective, mais plutôt de raconter l’histoire de la complicité entre un artiste et sa galerie, et de témoigner humblement de notre grande admiration pour l’artiste et pour l’homme qui a si bien marqué toutes les époques de sa carrière artistique», explique à ce sujet Myriem Berrada Sounni.
Le catalogue de cette exposition donne à lire un ensemble de témoignages à l’égard de cet artiste. D’ailleurs, il s’ouvre et se clôture avec une phrase de poète Mostafa Nissabouri, choisie par les deux galeristes: «Melehi ? C’est une lumière polaire en constante réverbération dans la suprématie de plus en plus évidente de nos temps crépusculaires». Selon Myriem Berrada Sounni, «ces quelques mots invoquent avec poésie et douceur l’homme brillant que nous avons connu. Courage, sensibilité et audace. Ces vertus font de Melehi une légende, une force tranquille dans le monde de l’art».

Melehi le clairvoyant
Comme le disait de lui le poète Mostafa Nissabouri dans la revue Souffles, «… Et plus que chez aucun autre artiste… on se doutait vite que la peinture pour lui sinon l’art en général était indissociable d’une vision globale de la modernité, non pas ailleurs, mais ici et maintenant». Yasmine Berrada Sounni confirme cet aspect visionnaire : «… il abordait la vie, par instinct, un visionnaire qui puisait dans sa sensibilité et une forte introspection. Très inspiré par le soufisme et le zen, Melehi était tout d’abord en accord avec lui-même, donc capable de recevoir les messages, les fulgurances».

Chromatisme et symbologie
Comme disait Melehi, «L’onde, c’est un motif que je traite depuis une cinquantaine d’années. Le motif de l’onde est un alphabet très ancien pour signifier l’eau, la vie et le mouvement. C’est aussi le trait le plus sensuel». Pour cet artiste, son art était indissociable du monde autour de lui. En empruntant les éléments du monde naturel, il a créé un langage propre à lui-même pour évoquer les thèmes chers à lui. Selon Yasmine Berrada Sounni, cet élan n’a jamais diminué : «Il m’arrive de penser qu’on ne s’est pas encore suffisamment arrêté sur sa dernière décennie, pour prendre le temps de regarder l’évolution de son œuvre et combien ses propos étaient dans l’air du temps». Et de poursuivre : «En quoi étaient-ils importants? Comment raisonnent-ils dans son discours premier et comment subliment-ils la genèse de son travail ? Il traitait ses sujets, les catastrophes climatiques en flammes, le corps féminin en courbes, les astres, les arbres et les ondes, bref, la force de notre monde naturel de manière si précise, si avant-gardiste, engagée et sincère. Comment les expositions de ces dix dernières années illustrent une nouvelle fois le pouvoir de son œuvre? Intemporel et résolument contemporain…».

Articles similaires

Le Festival Mawazine-Rythmes du Monde annonce son come-back en 2024

Après trois années d’interruption dues à la pandémie du Covid 19, le...

Quatre romans et un recueil de nouvelles pour ce début 2023

Ce début d’année s’annonce chaud chez les éditions marocaines La Croisée des...

Le Maroc et la Chine renforcent leur partenariat

A l’occasion du Nouvel an chinois, un accord de partenariat est récemment...

Une chorale interprète notre patrimoine en airs occidentaux

C’est visiblement une première. Une chorale marocaine interprète une musique de notre...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux