Culture

Fadoua Berrada : «Faire grandir les talents de la jeunesse marocaine»

ALM : Tout d’abord, comment est née l’idée de ce projet gargantuesque ?

Fadoua Berrada : Sincèrement au départ j’ai voulu faire une exposition phare et j’ai voulu le faire d’une manière assez atypique et assez originale et recherchée. Je me suis dit pourquoi ne pas faire une très grande toile. J’ai commencé à chercher sur Google, j’ai tapé : «plus grande toile marocaine» mais je n’ai rien trouvé. Je me suis dit, tiens, allons chercher et creuser. Et voilà je me suis attaquée à la dimension et j’ai choisi le chiffre 100m2.
 
Le fait de réaliser la plus grande toile marocaine représente-t-il un challenge pour vous ?

Effectivement c’est un défi personnel. Je peux dire que je suis une personne très challenger. Aussi j’ai un objectif très clair qui est celui de rendre hommage à fête de la jeunesse marocaine et à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, c’est le fil conducteur du thème : c’est la jeunesse marocaine.

Quel est votre message principal à travers cette œuvre ?

Mon message est comment on peut faire grandir les talents de la jeunesse marocaine d’une manière assez considérable et assez percutante de telle façon à ce que ces jeunes s’épanouissent et réalisent leurs rêves.
 
Qu’est-ce qui vous a inspirée à réaliser cette toile ?

Sincèrement j’ai essayé de reproduire les silhouettes des jeunes et des silhouettes des aînés et j’ai commencé à raconter une histoire parce que la toile fait 50 m de longueur sur 2m de hauteur.

Vous avez utilisé des couleurs comme le bleu, le rouge, le jaune, comment s’est fait ce choix ?

Tout a un sens, c’est codé, chaque choix est réfléchi, même le choix des couleurs de départ et le choix des couleurs de la fin. La forme, le fond, les matériaux utilisés, la façon de le faire, la dimension du carré, le tout raconte une histoire.
 
La grande toile sera exposée du 30 juillet au 30 août, pensez-vous prolonger cette période ?

Effectivement, on est en train de réfléchir à prolonger la date jusqu’au 30 septembre. On a choisi la période du 30 juillet au 30 août, pour célébrer la fête de la jeunesse et la fête du Trône. De plus, c’est une période estivale et la corniche est très fréquentée.

Pourquoi le choix de la corniche comme lieu de l’exposition de la toile?

La corniche c’est le must-have du Maroc, de la ville de Casablanca surtout. C’est là où tout le monde marche, prendre un café et s’amuse et se divertit.
 
Vous êtes artiste-peintre et designer, qu’est-ce qui vous passionne le plus ?

Tout ce qui est artistique me passionne. Je peux faire tout ce qui est manuel. Je fais de la sculpture, de la décoration florale. Bref, je peux faire tout ce qui peut m’attirer et m’inspirer.

Une toile en acrylique pour un choix artistique original et tendance
 

Fadoua Berrada exerce son talent de diverses manières. Ses œuvres sont tantôt abstraites, tantôt impressionnistes. Dans ce cas de figure, la toile est réalisée en peinture acrylique selon la méthode du Pixel Art. Cette forme d’art est apparue en même temps que les premiers écrans d’ordinateur et les premiers jeux vidéo. Les artistes ayant recours à cette technique sont appelés «pixelleux» ou «pixel-artistes». Le pixel art a été précédé par des disciplines antérieures aux années 1980, telles que la mosaïque ou le point de croix, techniques de représentation très similaires d’un point de vue technique. Le matériau de base du pixel art est la représentation plastique du pixel (contraction anglophone de picture-element), c’est-à-dire une surface carrée et colorée. Une œuvre de pixel art apparaît donc comme une juxtaposition de carrés colorés.
 

 

Articles similaires

Culture

Casamémoire présente «Palais et forteresses d’Al-Mansur Ed-Dahbi»

Dans le cadre de l’événement «Les rendez-vous du patrimoine»

Culture

Dans son œuvre: «Les ballots» Soufiane Marsni raconte tout danger guettant les pêcheurs

Le nouveau roman «Les ballots» de l’auteur marocain Soufiane Marsni, publié chez...

Culture

L’art cubain célébré au Musée Mohammed VI de Rabat

Une exposition qui présente la diversité et la créativité des artistes latino-américains

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux